Flash-ecoInnovation

16 startups marocaines au salon Viva Technology Paris

Le Maroc participe pour la première fois au plus salon de l’innovation en Europe, Viva Technology, qui se déroule du 24 au 26 mai 2018 à Paris.


Le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, Moulay Hafid El Alamy, conduit la délégation marocaine composée d’acteurs clés de l’écosystème digital et de l’innovation. Cette participation a pour objectifs de présenter l’écosystème tech marocain et de le positionner sur l’échiquier international de l’innovation technologique, auprès des investisseurs et grands donneurs d’ordres mondiaux.

VivaTech figure au calendrier des grands évènements tech mondiaux et réunit, depuis sa création, startups, leaders de l’innovation et investisseurs pour présenter les dernières innovations digitales et susciter la collaboration entre grands groupes et startups.80.000 visiteurs sont attendus à cette 3ème édition du VivaTech qui verra la participation de 1 800 startups exposantes, ainsi que des grands noms du numérique et de la technologie mondiale.

Seize startups marocaines ont été sélectionnées pour prendre part à cette grand-messe de l’innovation digitale qui leur offre l’opportunité de présenter leurs innovations, échanger avec les intervenants du secteur et établir des relations avec les investisseurs et grands groupes présents. Un programme de mise en relation a été établi, à cet effet, en vue de valoriser au mieux le savoir-faire des startups et leur assurer la visibilité requise. Sur les trois journées du salon, le pavillon Maroc servira de vitrine aux projets des startups développés dans les domaines du healtech, de l’agritech, du greentech et du govtech.

Plusieurs autres activités, animations et rencontres sont également au programme de la participation marocaine. Elles ont toutes pour objectifs d’augmenter la visibilité de l’écosystème technologique national, de partager les visions et expériences et de renforcer la coopération avec les partenaires présents, africains, en particulier, dans le dessein d’accélérer la croissance de l’écosystème digital du continent et en faire un levier actif de développement et de progrès.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Capgemini en roue libre au Maroc

Article suivant

Mondial 2026 : la « réponse » de la Task force retardée