Monnaie

Adoption lundi du nouveau régime de change

Le ministère de l’Économie et des Finances a décidé, après avis de Bank Al-Maghrib, d’adopter à partir de lundi prochain un nouveau régime de change où la parité du dirham est déterminée à l’intérieur d’une bande de fluctuation de ±2,5%, contre ±0,3% actuellement, a annoncé, vendredi 12 janvier 2018, le porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi, à l’issue de la réunion du conseil du gouvernement.


Lors de cette réunion, le ministre de l’Économie et des Finances Mohamed Boussaid a présenté un exposé sur la réforme du régime de change dans lequel il a fait part de la volonté du Maroc d’adopter un régime de change plus flexible, a indiqué Mustapah El Khalfi lors d’un point de presse. Avec ce nouveau régime de change, la parité du dirham sera déterminée par rapport à un cours central fixé par Bank Al-Maghrib sur la base d’un panier de devises composé de l’euro et du dollar américain à hauteur respectivement de 60% et 40%, a-t-il expliqué.

Le ministre a en outre fait observer que Bank Al-Maghrib continuera d’intervenir sur le marché des changes en vue d’assurer sa liquidité, relevant que cette réforme est entamée dans des conditions favorables marquées par la solidité du secteur financier et la consolidation des fondamentaux macroéconomiques, notamment un niveau approprié des réserves de change et une inflation maîtrisée.

La réforme du régime de change vise à renforcer l’immunité de l’économie nationale contre les chocs exogènes, sa compétitivité ainsi que son taux de croissance, a noté le ministre, ajoutant que cette réforme permettra également d’accompagner les mutations structurelles qu’a connues l’économie marocaine durant ces dernières années particulièrement sur le plan de la diversification, de l’ouverture et de l’arrimage à l’économie mondiale.

Selon Mustapha El Khalfi, la réforme du régime de change consacrera les avancées réalisées et les acquis enregistrés au niveau macroéconomique et celui des réformées structurelles et sectorielles adoptées, outre le fait qu’elle consacrera le processus d’ouverture à l’internationale de l’économie nationale comme nouvelle étape pour le décollage économique.


Article précédent

EDF–Engie : duel à haute tension au Maroc entre les deux géants français

Article suivant

La BritCham éclaire sur l’investissement