Immobilier

Affaire Samanah Country Club de Marrakech : nouveau rebondissement de taille

Du nouveau dans l’affaire du Samanah Country Club de Marrakech que porte la société Marprom.


En effet, quatre ans après l’entrée en redressement judiciaire de cette société qui était censée livrer, dès 2012, le plus beau complexe touristique et immobilier de Marrakech, le tribunal de commerce de la ville ocre a prononcé récemment, dans cette affaire, une décision rarissime dans les procédures collectives de traitement des difficultés au Maroc. Aussi, le juge en charge de ce dossier épineux vient de décider l’extension de la procédure judiciaire aux dirigeants sociaux (intitulée en droit français obligation aux dettes sociales). En clair, avec une telle action, les dirigeants de Marprom qui auraient usé de leur pouvoir de gestion pour se livrer à des comportements répréhensibles et contraires à l’intérêt social, risquent de se voir « solidaires » d’une partie ou la totalité des dettes de cette ex-filiale du groupe français Alain Creen. Il faut dire qu’entre un crédit bancaire de 200 millions de dirhams et des avances clients de plus d’un milliard de dirhams sans compter les dettes fiscales et sociales, l’endettement de Marprom est des plus himalayesques !

À travers une telle procédure, le tribunal de commerce de Marrakech vise particulièrement les anciens propriétaires et dirigeants sociaux, à savoir Alain Creen et Richard Hennessy qui sont, par ailleurs, poursuivis pour escroquerie par l’actuel maître des lieux, l’homme d’affaires Gaël Paclot à qui ils ont vendu, en 2011, la totalité du domaine et qui les accuse, pour sa part, d’avoir maquillé les comptes à la veille de la transaction… avec la complicité du cabinet d’audit KPMG !

Retour sur les faits : le 7 janvier 2006, le groupe français Alain Crenn, spécialisé dans la promotion immobilière et dirigé par le duo Richard Hennessy aux commandes opérationnelles et le fondateur Alain Crenn lui-même, signe avec le gouvernement marocain une convention d’investissement de 240 millions d’euros (plus de 2,5 milliards de DH). Au passage, le terrain de 288 hectares situé dans la petite commune de Tamesloht (14 kilomètres au Sud de Marrakech) et qui devait abriter ce mégaprojet a été vendu par l’État marocain à son « partenaire » étranger au prix dérisoire de 7,5 millions de DH. Un cadeau inimaginable ! Mais le bénéficiaire s’était engagé à créer plus de 1 500 emplois directs à travers un investissement colossal qui devait permettre la réalisation, en trois ans seulement, d’un complexe touristique de très grand standing à Marrakech baptisé Samanah Country Club et comprenant un golf de 18 trous de classe internationale, trois hôtels cinq étoiles d’une capacité cumulée de 540 chambres, 144 appartements de grand luxe, 410 villas, de nombreuses piscines, un centre de séminaires, un kid’s club et une grande place d’animation touristique.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Karim Hamdaoui, fondateur de LMPS Group

Article suivant

113 pays prennent part au Crans Montana