Flash-ecoRapport

Bank Al-Maghrib livre ses impressions sur l’environnement international

La première partie du rapport commence par un aperçu sur l’environnement international.


Ce dernier est caractérisé par une reprise avec une accélération de la croissance, en 2017, à 3,8%. Ce sont les économies avancées qui en seraient les locomotives, suivies des pays émergents et en développement. En effet, en tête du train mondial, les Etats Unis-d’Amérique (EUA) passent d’un taux de croissance de 1,5% en 2016, à 2,3% en 2017. Dans les pays émergents, la Chine avance de 6,7 à 6,9%. La Turquie est en tête, avec un taux de croissance de 7%. La croissance des pays de l’Afrique Subsaharienne dont le taux est passé de 1,4% à 2,8%, est due principalement à la hausse des prix des matières premières (hors produits agricoles). Le marché du travail a aussi connu une embellie aussi bien aux EUA qu’en zone euro. Le prix des produits énergétiques a connu une hausse de 23,6%. A fin décembre 2017, le cours du pétrole a atteint 63,8 dollars le baril. Les prix des métaux et des minerais ont globalement augmenté de 24,2%. Par contre, le cours des produits agricoles a fléchi de 0,5%. Le prix du phosphate brut a baissé de 22,8%, à 97,2 dollars la tonne.

L’inflation, au niveau mondial, a connu une faible progression de 3%, en 2017. Cette hausse a été enregistrée dans les pays avancés, avec cependant un recul dans les pays émergents. Les finances publiques, au niveau mondial, ont connu une amélioration. Le déficit budgétaire a reculé de 1,5% à 0,9% du PIB mondial, avec cependant une persistance d’un  niveau élevé d’endettement. Toutefois, aux EUA, la situation budgétaire a continué à se détériorer, avec un creusement du déficit budgétaire de 4,2% à 4,6% du PIB.

Les exportations ont connu une nette amélioration au niveau des pays émergents et en développement, avec une croissance globale de 6,4%, imputable surtout aux produits énergétiques. Les IDE ont aussi connu une reprise avec une progression de 5%. Et contrairement aux salaires qui ont connu, au niveau mondial, une faible augmentation de 1,6%, les principaux résultats financiers des entreprises reflétés sur les principaux marchés boursiers ont connu une embellie. Ainsi l’Indice Dow Jones Industrials s’est accru de 21,3%, le NIKKEI 225 de 19,4%, l’Eurostoxx 50 de 16,2% et le FTSE 100 de 14%. C’est là un indicateur très significatif quant à la répartition des richesses au niveau mondial et au risque d’aggravation des inégalités.

Enfin, dans cette première partie, le rapport de Bank Al-Maghrib n’oublie pas de mentionner les nouvelles perspectives que pourraient offrir les « crypto-actifs ». Cette « monnaie électronique » présage de grands bouleversements systémiques et fait appel à une vigilance des Etats et à leur mobilisation pour son nécessaire encadrement.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Tanger Med devient le 1er port africain

Article suivant

Nouvelle destination internationale pour Air Arabia Maroc