Portrait

Entrepreneur écolo

Né en France, Brahim Belghiti fait partie de cette catégorie de jeunes MRE qui se sentent redevables vis-à-vis de leur patrie de cœur, le Maroc, et qui initient des projets innovants en vue d’apporter leur pierre à l’édifice. Il a fondé Pickalty, une entreprise qui ambitionne d’offrir une alternative directe aux cyclomoteurs marocains, en leur proposant un triporteur écologique.


Brahim Belghiti n’est pas du genre à rester les bras croisés à attendre que les choses se fassent d’elles-mêmes. Au contraire, il les provoque, les bouscule. Comme lorsqu’il avait à peine 21 ans et s’est lancé dans sa première aventure entrepreneuriale, en créant sa société spécialisée dans la location de limousines pour des évènements diverses et variés. Une entreprise qui a très rapidement gagné une part de marché très conséquente dans le Nord Pas de Calais, la Picardie et l’Ile de France. « Avec seulement deux limousines Lincoln Town Car», précise le natif d’Escaudain située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Bien rodé au business, il décide, en 2012, de céder son entreprise, après 5 ans d’activité, à un investisseur parisien. Et, ce n’est surtout pas pour aller dormir sur ses lauriers, puisque le Franco-marocain investit immédiatement une partie de l’argent gagné dans une autre affaire. Il s’agit du développement d’une plateforme en ligne nommée « Malimousine.fr ». « Le site est d’ailleurs en cours de refonte actuellement pour la proposition d’un nouveau design et services additionnels puis le reste du bonus dans d’autres placements à caractère foncier », ajoute Brahim Belghiti. En affaires, le jeune MRE ne perd pas de temps. Comme la plupart de ses homologues, il épouse parfaitement l’adage «Time is money». Mais, si la presse marocaine parle beaucoup de lui depuis quelques mois, c’est surtout à cause d’un autre de ses nombreux projets entrepreneuriaux. Une idée originale en fait. Il s’agit de Pickalty. Une entreprise créée par Brahim Belghiti et qui vise à offrir une alternative directe aux cyclomoteurs marocains, en leur proposant un triporteur écologique baptisé « Pickalty ». La première unité de commercialisation Pickalty Maroc a été inaugurée à Kénitra le 9 octobre dernier, notamment en présence du maire de la ville, Abdelaziz Rebbah. la deuxième unité devrait voir le jour à Marrakech (Guéliz) au cours de ce mois de novembre.

Ambitions
Par la suite, une unité de fabrication, « M.P.F Moroccan Pickalty Factory », sera construite à Kénitra pour couvrir les besoins du marché national, avec une capacité de production de 10.000 unités à l’horizon 2018 et 20.000 unités à l’horizon 2020. « J’ai choisi ce secteur, premièrement parce que j’ai vu qu’il y a un besoin dans ce sens. Cela est bien visible en permanence dans nos rues. Pickalty, c’est une forme de contribution sociale pour la population urbaine en situation de précarité. Ensuite, le coté économique naturellement avec la possibilité pour la population de bénéficier d’un nouveau modèle de mobilité pratique, moins onéreux et moins contraignant sur le plan financier. Enfin, l’aspect écologique s’inscrit dans la politique active menée par le gouvernement depuis de nombreuses années. La diminution des émissions de CO2 est devenue un sujet de plus en plus pertinent dans le Royaume », concède-t-il. La phase de commercialisation est prévue pour fin 2017. Avec ce projet, le jeune franco-marocain entend couvrir les besoins de l’ensemble du territoire urbain dans le Royaume. Il veut ensuite concilier la population urbaine avec ce nouveau moyen de mobilité dans le but de pouvoir effectuer une sorte de reconversion culturelle comme c’est le cas au Danemark et les pays voisins. Soulignons que Pickalty se déclinera sous deux gammes. Une première destinée aux usages de transport de marchandises ou charges utiles, sera commercialisée lors du lancement. La deuxième gamme, quant à elle, sera destinée aux marchands ambulants. Brahim Belghiti envisage de mener son projet, en collaboration avec l’Université Mohammed V de Rabat et l’athlète Abdelaati Iguider, en tant que parrain.

Motivations
Né le 12 octobre 1987 à Escaudain, d’un père ouvrier et ancien tirailleur marocain pour la France durant la seconde guerre mondiale et d’une mère au foyer «très attentionnée et soucieuse d’inculquer une bonne image », le jeune patron de 30 ans se considère comme étant issu de la «génération qui a malheureusement fait les frais du déclin de l’industrie du charbon, du textile, de la sidérurgie etc…». Fils d’ouvrier, il confie qu’il s’est beaucoup inspiré du parcours des grandes personnalités issues du divertissement comme Jamel Debbouze, Gad El Maleh, de la musique ou du sport comme Zinedine Zidane, pour se surpasser et aller au-delà de ses limites pour réussir dans la vie. «Fils d’ouvrier tu es. Ouvrier tu deviendras, nous martelait, jadis, un ancien enseignant de philosophie. Ce fut pour ma part un excellent moyen de motivation », estime le patron de Pickalty. « Suivre ces artistes dans leurs domaines respectifs, c’était en quelque sorte s’identifier à eux et s’approprier cette réussite de manière plus légitime », ajoute-t-il. A l’âge de 18 ans, il décroche son BAC STI Génie mécanique et intègre l’université en 2005. Il décide alors d’effectuer des études supérieures en tant que technico-commercial. «Assez bon élève en général, il m’a fallu presque un an et demi pour comprendre que la filière ne me correspond pas du tout. Je décide alors en décembre 2006 de quitter le système scolaire pour entrer dans la vie active et essayer d’apprendre la vie, celle qu’on se refusait au quotidien derrière un confort conditionné par l’hyper-théorie», raconte-t-il. Toutefois, en 2009, il renoue encore avec les études dans l’objectif d’arracher le diplôme en ingénierie industrielle. Aujourd’hui, Brahim Belghiti forme et conseille aux métiers de l’ingénierie en France pour des grands comptes comme Akka Technology, Altran, ou encore Airbus.

BIO EXPRESS

1987 : Naissance à Escaudain (France)
2005 : Obtention du BAC
2008 : Création de sa première entreprise
2017 : Création de Pickalty


Article précédent

Pari réussi pour la Sorec

Article suivant

Challenge #625