Industrie

Fès : la débandade industrielle se poursuit

L’agonie des entreprises industrielles se poursuit à la ville de Fès.


En effet, après la liquidation récente de TA2F et l’état de déréliction totale dans lequel se trouve l’ex-fleuron Complexe de Textile de Fès (COTEF), c’est au tour de la Société Marocaine de Fabrication d’Appareils à Gaz et Articles Emailles (Somagaz) de rendre l’âme. Aussi, le tribunal de commerce de la capitale spirituelle du pays vient de prononcer la liquidation de ce fabricant de cuisinière. Une « euthanasie » économique qui intervient après un long processus de redressement judiciaire ayant duré plus de dix ans sans résultats probants.

Il faut dire que Somagaz qui a fêté son cinquantenaire il y a encore quelques mois n’a jamais pu se ressaisir d’une lente descente aux enfers qui l’a frappée depuis le début des années 2000 et l’ouverture commerciale opérée par le Maroc dans le cadre de bon nombre d’accords de libre-échange. Sa marque éponyme Somagaz de cuisinières bon marché et de fours traditionnels qui étaient parmi les plus en vue sur le marché marocain ont commencé dès le milieu de la décennie écoulée à perdre du terrain, principalement face aux produits d’importation turques et chinoises ou encore quelques marques locales qui ont tenu de façon poussive jusqu’à l’effondrement, à leur tour, quelques années plus tard (comme Flamme Magique). Aujourd’hui, si la vente aux enchères du fonds du commerce de Somagaz, ainsi que d’une partie de ses actifs, sonne le glas à tout espoir de reprise d’activités, elle vient donner l’espoir aux différents créanciers de cette ex-entreprise industrielle basée au quartier Doukkarat de Fès et qui attendent de se faire payer depuis plusieurs années.

Rappelons que la débandade de Somagaz est loin d’être un cas isolé au Maroc puisque les autres fabricants de fours et cuisinières au Maroc que sont Dream Gaz ou Etablissements Afifi Frères (le leader national dans la catégorie des fours à gaz traditionnels) ont eux aussi du mal à tenir tête aux produits d’importations. Quant à Sofacuis (connue pour sa marque Flamme Magique), il se dépêtre dans un douloureux redressement judiciaire depuis quelques mois.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Anouar Benazzouz, DG de ADM

Article suivant

DGI : nouvelles attestations en ligne