AutomobileFlash-eco

Homologation : l’AIVAM revient à la charge

L’homologation des véhicules neufs a été le sujet phare de la 5ème table ronde organisée lors de l’Auto Expo 2018 le vendredi 13 avril 2018 matin.


En plus de l’immatriculation, l’homologation a ainsi dominé les débats de cette table ronde tenue sous le avait pour thème « les enjeux de réglementaires du secteur automobile ». Alors que sur l’immatriculation, des avancées ont été enregistrés grâce notamment à la dématérialisation du service qui permettra à horizon 2019 de disposer automatiquement de véhicules neufs avec leurs plaques définitives sans passer par le « ww », l’Association des Importateurs des Véhicules au Maroc (AIVAM) estime qu’il reste encore du chemin à parcourir concernant l’homologation. « Le processus d’homologation nous pose une problématique. D’abord, il y a la visibilité. Nous souhaitons en tant qu’opérateurs avoir de la visibilité sur les dispositifs réglementaires des 10 prochaines années pour que nous puissions nous préparer à ces normes. Le deuxième volet concerne la rapidité du processus sur l’efficacité. Malheureusement aujourd’hui nous sommes obligés de constater qu’ils ne sont pas au point. Nous devons passer à une dématérialisation, à plus de transparence pour que les véhicules soient homologués dans les meilleures conditions », explique Adil Bennani, président de l’AIVAM.

Autre point soulevé lors de cette table ronde, les homologations des véhicules dans les centres d’immatriculations par les particuliers. L’Association demande à ce que cela soit réglementé. Aussi, concernant le choix des centres de visite technique pour la délivrance de la RTI, l’AIVAM estime que le ministère du Transport doit veiller à mettre à niveau ces centres. « 2.400.000 visites techniques sont effectuées au Maroc par an. 3 000 sont refusées seulement », assène Adil Bennani.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Trois candidats pour succéder à Miriem Bensalah-Chaqroun

Article suivant

La RAM lance son premier hackathon