Paiement électronique

HPS s’implante à Singapour

Le leader marocain dans l’édition de solutions de paiement électronique, HPS (Hightech Payment Systems), s’implante à Singapour afin de renforcer sa stratégie de proximité avec ses clients sur le marché asiatique.


La société cotée indique que la nouvelle implantation à Singapour vient soutenir la stratégie d’expansion et de développement du Groupe HPS sur le continent asiatique, en renfort à ses bureaux de Casablanca, Paris, Aix-en-Provence et Dubaï. Le marché asiatique est le plus dynamique de l’industrie du paiement électronique. Tout au long de ces dernières années, l’activité de HPS a continué de croître de manière importante sur cette région, enregistrant un nombre croissant de clients, relève la même source. Après avoir étudié de nombreux centres d’affaires en Asie, le choix de HPS s’est porté sur Singapour, une des principales places financières mondiales, pour son positionnement stratégique à même de soutenir la stratégie de développement du Groupe sur le continent, a-t-elle expliqué.

Pour rappel, HPS est une multinationale spécialisée dans l’édition des solutions de paiement électronique pour les institutions financières, processeurs, switchs nationaux, régionaux et dans le monde entier. Les solutions PowerCARD, utilisées par plus de 350 émetteurs, acquéreurs et switchs, couvre toute la chaîne de valeur du paiement électronique et permettent de gérer tout type de cartes (crédit, débit, prépayées, entreprise, fidélité et carburant) via tout canal (GAB, TPE, internet et mobile). Ces solutions sont utilisées dans plus de 85 pays sur les cinq continents par des entreprises dont de nombreuses références parmi les « Fortune 500 » et « The Forbes World’s Biggest Compagnies ». HPS est cotée à la Bourse de Casablanca depuis 2006 et compte aujourd’hui plus de 400 ingénieurs et experts basés à Casablanca, Dubaï, Paris, Aix-en-Provence et Singapour.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Italie: des pompiers allumaient des feux pour être rémunérés

Article suivant

Il fait l’actu : Jonathan Harroch, PDG de City Club