Il fait l'actu

Il fait l’actu : Abdelouafi Laftit, président du conseil d’administration du Fonds d’Équipement Communal

L’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC) a visé jeudi 09 novembre 2017 une note d’information relative à l’émission par le Fonds d’Équipement Communal (FEC) d’un emprunt obligataire ordinaire, dont le montant global est compris entre 1,5 milliard de DH et 2 milliards de DH.


Selon l’AMMC, cette opération porte sur l’émission d’un nombre maximum d’obligations compris entre 15.000 et 20.000, d’une valeur nominale unitaire de 100.000 DH, non cotées à la Bourse de Casablanca et réparties en quatre tranches. D’une maturité de 15 ans, les trois tranches A, B et D offrent une prime de risque entre 70 et 100 points de base, avec un taux d’intérêt révisable tous les 5 ans (taux pour la 1ère période entre 3,42% et 3,72%) pour la première tranche (A), fixe (entre 3,93% et 4,23%) pour la deuxième (B) et révisable annuellement (taux pour la 1ère période entre 2,97% et 3,27%) pour la tranche D. Pour sa part, la tranche C, d’une maturité de 10 ans, offre une prime de risque entre 50 et 80 points de base, et un taux révisable annuellement (taux pour la 1ère période entre 2,77% et 3,07%).

Le mode d’allocation retenu est celui d’adjudication à la hollandaise sans priorisation entre les tranches, précise la même source, notant que la période de souscription s’étalera du 27 au 29 novembre 2017 inclus. L’évolution favorable de l’activité de crédit du Fonds d’Équipement Communal, ces dernières années, s’est naturellement traduite par une augmentation du niveau des décaissements et des besoins de financement lesquels ont nécessité une mobilisation croissante de ressources, explique le Fonds dans sa note d’information. Cette croissance sera maintenue au cours des prochaines années au vu des grands chantiers de développement des collectivités territoriales, principalement les régions, lancés à l’échelle nationale, a-t-il ajouté. Dans cette optique, le recours par le FEC au marché obligataire vise principalement le financement de son activité, la diversification des sources de financement à long terme, la poursuite de l’optimisation des coûts de financement, la consolidation de son image vis-à-vis des principaux partenaires et son positionnement en tant qu’émetteur régulier sur le marché obligataire.

Pour rappel, le FEC a été créé par les pouvoirs publics au lendemain de l’indépendance en tant qu’institution financière spécialisée dans le financement des collectivités territoriales. En tant que banque dotée d’une mission d’utilité collective, le FEC finance le secteur public local et veille au renforcement de l’expertise locale et à la promotion d’investissements locaux porteurs de développement. Il accompagne ses clients dans l’expression de leurs choix d’investissement et leur offre la possibilité de concrétiser leurs projets qui visent l’amélioration du cadre de vie du citoyen à travers différentes voies de développement notamment la mise à niveau urbaine, le désenclavement rural, le développement des zones d’activité économique. Il intervient également dans le cadre du développement des infrastructures sportives et de loisirs, l’aménagement des espaces verts, l’aménagement des équipements touristiques, outre l’intégration des technologies de l’information.


Article précédent

Maroc Export : destination la Sillicon Valley

Article suivant

Le fonds 3P Fund injecte 20 millions de DH dans Aveo Energie