Il fait l'actu

Il fait l’actu : Mohamed Sajid, ministre du Tourisme

Il a plaidé, mercredi 11 octobre 2017 à Londres, pour le renforcement de la coopération entre le Maroc et le Royaume-Uni dans le domaine touristique et de l’aviation civile.


Lors de réunions tenues avec des membres du gouvernement britannique et des opérateurs dans le secteur du tourisme, Mohamed Sajid, qui effectue depuis mardi 10 octobre 2017 une visite de travail en Angleterre à la tête d’une importante délégation, a mis l’accent sur les atouts et les potentialités touristiques de la destination Maroc où se mêlent le balnéaire, le culturel, en plus du tourisme de désert et de montagne.

Ces dernières années, le nombre des touristes britanniques qui se rendent dans le Royaume ne cesse d’augmenter et ce grâce aux liaisons aériennes et aux tours opérateurs qui choisissent de plus en plus la destination Maroc pour sa proximité de l’Europe, sa stabilité politique, sa richesse culturelle et la diversité de ses produits, a expliqué le ministre à ses interlocuteurs Anglais.

Mohamed Sajid et la délégation l’accompagnant, comprenant notamment Lamia Boutaleb, secrétaire d’État chargée du Tourisme, Abderrafie Zouiten, directeur général de l’ONMT, ont été reçus par Alistair Burt, ministre britannique chargé du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA). Cette rencontre, qui s’est déroulée en présence de Abdesselam Aboudrar, ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni, a porté sur les relations bilatérales, les perspectives de la coopération après le Brexit et plusieurs autres questions d’intérêt commun. Mohamed Sajid s’est également entretenu avec Lord Callanan, secrétaire d’État chargé de l’aviation internationale et Ben Wallace, secrétaire d’État chargé de la sécurité, ainsi qu’avec les dirigeants de British Airways, Easyjet, Ryanair, le voyagiste Thomas Cook et l’Association britannique des agences de voyages.

Les échanges ont porté sur l’ambition du Maroc d’attirer un million de touristes britanniques d’ici 2020, la sécurité, la convention bilatérale en matière de sûreté d’aviation civile en prévision du Brexit, la possibilité de renforcer certaines destinations comme Tanger, Agadir et l’ouverture au Maroc de nouvelles bases aériennes par les transporteurs britanniques.

Les discussions ont également porté sur les énormes potentialités des nouvelles liaisons aériennes et destinations lancées au Maroc, sans oublier l’importance d’une desserte Casablanca-Heathrow par British Airways avec l’ouverture du Royaume sur le marché asiatique (en particulier la Chine) et le continent africain.


Article précédent

Pickalty démarre son activité

Article suivant

Palm Immobilier a le vent en poupe