Agroalimentaire

Jackpot pour le spécialiste marocain du thé haut de gamme

La Société Impériale des Thés et Infusions (SITI) décroche un méga-contrat à l’export.


En effet, cette PME familiale qui a conquis l’univers du thé haut de gamme, vient de sceller un partenariat avec le géant mondial Unilever pour lui fabriquer sa nouvelle marque de thé haut de gamme, Pure Leaf. Au titre de ce partenariat, l’entreprise contrôlée par la famille Baroudi mettra son outil industriel et son savoir-faire acquis au fil de 30 ans d’existence à disposition de la multinationale anglo-néerlandaisee pour l’accompagner dans une stratégie de montée en gamme vers du thé de luxe, un marché qui connaît un développement exponentiel depuis quelques années. Il faut dire que SITI produit déjà pour des dizaines de marques internationales tels l’australien T2, le français Kusmi Tea ou encore l’indonésien TWG Tea. Avec une production presque entièrement tournée à l’export aux quatre coins du monde (Chine, Malaisie, Indonésie, Nouvelle-Zélande, Philippines, Japon, Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Qatar, Jordanie…), cette PME est une des meilleures success-stories du secteur agroalimentaire marocain et de la région de Marrakech où elle dispose de deux unités de production cumulant une capacité de production annuelle dépassant le million de sachets par jour entre produits premium (sachets en mousseline cousus main) et autres de gamme moyenne (sachet thermo-soudé dont la production est plus automatisée).

Afin de satisfaire les besoins de son nouveau client, connu plutôt pour sa marque de thé d’entrée et de moyenne gamme Lipton, SITI a accéléré une cadence d’investissement déjà assez vigoureuses avec plus de 500 millions de DH investis au cours de la dernière décennie, ce qui a permis d’amener le taux d’intégration à plus de 70% alors qu’auparavant plus de 90% des produits étaient importés. Afin de financer un tel effort, SITI a récemment doublé son capital en le hissant à 57 millions de DH tout en s’appuyant sur ses partenaires bancaires.


Article précédent

Le gouvernement dément le transfert du budget de Souss-Massa

Article suivant

Dans l’antre de la MAScIR