Portrait

La force tranquille

Parti très tôt, à l’âge de 5 ans, en France où il a rejoint son père pour poursuivre ses études.
Abdellah Aït Saïd a toujours gardé une place importante pour son pays natal dans son cœur. Malgré une carrière prometteuse à l’international notamment chez l’Américain Accenture, il décide de tout plaquer et rentre au bercail pour se lancer dans l’entreprenariat.


Le chemin n’a pas été facile mais, il y est arrivé. C’est comme lorsqu’il a décidé de gravir le point culminant du Mont Toubkal, haut de 4167 mètres, l’hiver dernier. Les défis, il aime les relever, les uns après les autres. Et, c’est d’ailleurs l’un de ses points forts. Sinon, comment comprendre qu’après avoir directement intégré le cabinet américain Accenture (un des leaders mondiaux des services aux entreprises et administrations, proposant des services et solutions dans le conseil, la stratégie, et la technologie), juste à la fin de ses études universitaires, on puisse claquer la porte quelques temps après, nonobstant les immenses opportunités d’évolution qui se présentaient à lui ? Mais, Abdellah Aït Saïd voulait, coûte que coûte, voler de ses propres ailes. Car, le monde de l’entrepreneuriat l’a toujours fasciné. « Après 6 années chez Accenture, l’envie m’est venue de relever de nouveaux défis. J’ai fondé à Paris, avec un ami d’université, AbsysIntegration qui est une société de services en systèmes d’informations avec une spécialisation métier orientée Transports. Nous intervenions notamment sur des prestations d’assistance à maîtrise d’œuvre, d’informatique embarquée et de systèmes décisionnels (BI) », détaille-t-il. Cette première aventure entrepreneuriale s’enchaîne avec une autre. En effet, l’idée d’entreprendre quelque chose au Maroc commence à naître chez Abdellah Aït Saïd. Cette idée va se concrétiser avec la création, en 2007, d’une première entreprise dans le domaine de la promotion immobilière. Il était associé minoritaire dans cette entreprise. Mais, cette première expérience au Maroc se solde par un échec. Mais, le natif de Chichaoua au pied de l’Atlas ne se décourage pas.

Défis
« Une deuxième opportunité s’offre à moi en 2010 : la géolocalisation. Après quelques voyages en Asie pour assurer le sourcing du matériel nécessaire à l’entreprise et de nombreux aller/retours au Maroc pour finaliser le business plan, je crée donc Geoloc Solutions, une société de services de géolocalisation », précise Abdellah Aït Saïd. Il quitte donc la France et vient s’installer à Rabat avec sa petite famille. Cependant, il fallait encore qu’il réussisse à s’acclimater au milieu des affaires marocain. Pour ce faire, il se tourne alors vers le CJD (Centre des jeunes dirigeants au Maroc). « Je me suis rapproché d’une section locale du mouvement de Jeunes Dirigeants (CJD). J’ai eu la chance d’y rencontrer des personnes de valeur aux travers d’un programme de mentorat. Ce mouvement m’a tellement marqué que j’en suis devenu un membre actif. J’en suis, aujourd’hui, le vice-président national. J’œuvre désormais, pour faire vivre au quotidien toutes les valeurs de ce mouvement avec les Jeunes Dirigeants marocains et au-delà », souligne le patron de Geoloc Solutions. Mais pourquoi ce secteur d’activité ? A cette question, Abdellah Aït Saïd répond qu’au moment de la création de son entreprise, les services de géolocalisation représentaient un domaine porteur pour le suivi des flottes de véhicules des entreprises, et les sociétés spécialisées dans ce domaine au Maroc étaient pionnières. «Compte tenu de la démocratisation du matériel et la baisse des tarifs des télécommunications, il m’avait semblé très opportun et judicieux de lancer notre offre de service à ce moment précis», ajoute-t-il.

Un nouveau cap et beaucoup d’ambitions
Aujourd’hui, Geoloc Solutions est une référence dans son secteur d’activité, et son patron nourrit bien de nouvelles ambitions. « Aujourd’hui Geoloc Solutions est reconnue dans le monde des services de géolocalisation et continue à se développer au Maroc », affirme Abdellah Aït Saïd, avec fierté. L’entreprise basée à Rabat amorce d’ailleurs un nouveau tournant dans son développement. «Nous sommes en négociations avancées avec un grand acteur européen spécialisé dans le véhicule connecté avec lequel nous préparons actuellement de nouvelles offres à l’attention des assureurs, des concessionnaires et des réseaux de réparation de véhicules. Aujourd’hui, nous souhaitons mettre à disposition de nos clients une toute nouvelle gamme de services connectés qui permettront d’améliorer l’entretien et la sécurité du véhicule et d’évaluer la conduite du conducteur », précise le patron. Il faut dire que ses expériences à l’international et son carnet d’adresses, lui ont également permis d’accélérer le développement de l’entreprise. En effet, lorsqu’il était chez Accenture, il a participé à la mise en place de grands projets d’intégration technologique chez de prestigieux clients tels que Auchan(Lille), KPN (LaHaye en Hollande), Orange (Paris), Sainsbury’s (Londres) et Airbus (Toulouse). Benjamin d’une fratrie de 5 enfants, Abdellah Aït Saïd est né de parents berbères le 30 mai 1975. « L’année de la Marche Verte », aime-t-il souvent ajouter quand on évoque son enfance. À l’âge de 5 ans, il quitte le Maroc pour la France. « Je vis un changement radical d’environnement avec mon arrivée à Charleville-Mézières, ville du Nord Est de la France, pour y rejoindre mon père, ouvrier chez le groupe automobile PSA. Je fus marqué par le contraste entre la verdure des forêts ardennaises et l’aridité des paysages de ma région natale », se souvient-il. Il poursuit ses études dans cette ville et obtient son Baccalauréat. Abdellah Aït Saïd est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur dans les Systèmes d’Informations de l’Université des Sciences et Technologies de Lille 1 (USTL – France) et de l’Université du Québec à Montréal (Programme d’échange UQAM – Canada) en 1998.

Bio Express
1975 : Naissance à Chichaoua
1998 : Diplôme d’Ingénieur dans les Systèmes d’Informations de l’Université des Sciences et Technologies de Lille 1 (USTL-France) et de l’Université du Québec à Montréal (Programme d’échange UQAM-Canada)
2007 : Création de sa première entreprise au Maroc
2010 : Création de Geoloc Solutions à Rabat


Article précédent

Après Casa et avant Abidjan, la confiance est revenue chez le public

Article suivant

Le Maroc se rapproche des 650.000 véhicules produits localement