Il fait l'actu

Il fait l’actu : Abdellatif Jouahry, Wali de Bank Al-Maghrib

Le marché immobilier a été marqué en 2017 par une hausse notable des prix et un repli du nombre de transactions, souligne Bank Al-Maghrib.


Dans son rapport annuel au titre de l’exercice 2017, Bank Al-Maghrib fait savoir que l’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a ainsi enregistré une progression de 5% après celle de 1,3% en 2016, précisant que ce renchérissement a concerné toutes les catégories d’actifs, à savoir les biens résidentiels (+4,9%), le foncier (+5,3%) et les biens à usage professionnel (+7%).

Quant au volume de transactions, il a reculé de 7,6% durant l’année écoulée, après une augmentation de 8,4% en 2016, relève la même source, notant que ce volume a diminué de 8,7% pour les biens résidentiels, de 4,8% pour les terrains et de 3,5% pour les biens à usage professionnel. En outre, le rapport fait ressortir que l’analyse de l’évolution infra-annuelle de l’IPAI indique des appréciations importantes durant les trois premiers trimestres de 2017 avec une hausse trimestrielle moyenne de 6,5%.

Au T4-2017, le rythme de progression des prix est revenu à 0,9%, avec une stagnation pour les biens résidentiels, fait remarquer Bank Al-Maghrib. En parallèle, le nombre de transactions s’est quasiment-stabilisé durant les T1 et T2 de 2017, avant de régresser de 17,4% au troisième trimestre et de 11,2% au quatrième. Dans les principales villes, à l’exception de Rabat où l’IPAI est resté stable d’une année à l’autre, l’augmentation des prix des actifs immobiliers a été quasi-généralisée, avec des hausses allant de 4,5% à Kénitra à 7,5% à Fès.

De même, hormis Casablanca où les ventes ont augmenté de 4,5%, le recul du nombre de transactions a concerné toutes les autres principales villes, avec des replis variant de 2,9% à Oujda à 20,9% à Tanger.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le français FHE s’installe à Kénitra

Article suivant

Les députés de la CEDEAO approuvent largement l’intégration du Maroc