Distribution

Le géant turc BIM continue de perdre de l’argent au Maroc

Près de huit ans après y avoir pris pied, le géant turc BIM porte à plus d’un milliard de DH le coût de son investissement en fonds propres au Maroc.


En effet, le leader de la distribution alimentaire en Turquie vient de hisser le capital de sa filiale marocaine BIM Stores de 985 millions de DH à 1,12 milliards de DH. Il faut dire que cette énième recapitalisation de 140 millions de DH (après celles de 2016, 2014, 2013 et 2012) fait suite à la persistance des pertes essuyées par les activités marocaines malgré le dépassement, dès 2016, de la barre des deux milliards de DH de chiffre d’affaires que d’aucuns considèrent comme étant le seuil de la taille critique synonyme d’équilibre opérationnel dans l’univers du « hard discount », qui est le créneau par excellence de cet acteur qui domine la marché turc pratiquement depuis sa création en 1995.

Ainsi, à fin décembre 2016, les pertes cumulées de la première filiale de BIM en dehors de son marché domestique s’élevaient à 757 millions de DH (dont 117 millions de DH au titre du seul exercice 2016). Et comme l’endettement bancaire (à court ou à moyen terme) est totalement banni chez le groupe BIM dont le réseau de magasins totalise, à fin 2017, quelques 6 765 magasins, BIM Stores n’a d’autres choix pour combler les pertes essuyées que le recours à la maison mère. Aussi, la question de plus en plus lancinante est celle de l’horizon de la rentabilité de BIM Stores… ou autrement dit jusqu’à quand BIM va continuer à soutenir sa filiale marocaine déficitaire sachant que des voix s’élèvent, d’ores et déjà, au Maroc pour dénoncer un dumping soutenu par l’État turc vu que le groupe coté à la bourse d’Istanbul est une magnifique voie d’écoulement des produits made in Turkey.

Selon des sources proches du groupe, la rentabilité opérationnelle (en excédent brut d’exploitation) serait probablement atteinte en 2017 (Vs -42 millions de DH en 2016) avec un réseau qui a totalisé à l’issue de l’année écoulée quelques 382 magasins ; quant à l’équilibre en résultat net, il faudra vraisemblablement attendre la performance 2018 grâce à l’ouverture programmée de 60 nouveaux points de vente cette année.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Othman Benjelloun, président de BMCE Bank of Africa

Article suivant

Fayssal Rhnimi, responsable du Métier Factoring de la BMCI : « Les banques ont mis en place un accompagnement pour pouvoir assister les entreprises »