Immobilier

Le marché des résidences secondaires reprend du poil de la bête

C’est une bonne nouvelle pour les opérateurs du secteur immobilier. En effet, le segment des résidences secondaires montre des signes de reprise. Longtemps resté l’apanage des MRE et des étrangers, en particulier les Français, ce marché suscite aujourd’hui beaucoup d’engouement chez les nationaux. Nombreux sont ces Marocains qui désirent acquérir des résidences secondaires. Une tendance qui permet à ce marché de retrouver peu à peu la forme. Il faut dire que depuis la crise économique de 2008, la demande sur ce segment s’est atrophiée dans la mesure où les acquéreurs étrangers et les MRE ont réduit leur demande. Ainsi, cet engouement des nationaux est donc de bon augure. Le marché des résidences secondaires au Maroc a toujours été un enjeu stratégique autant pour les pouvoirs publics que pour les promoteurs immobiliers», explique Ghali Chraïbi, directeur général de Cafpi, courtier en prêts immobiliers, ajoutant que le regain observé est en partie justifié par l’importance donnée aux stations balnéaires et touristiques dans le développement du tourisme au Maroc depuis le Plan Azur. « Je ne suis pas persuadé que nous puissions parler de boom du secteur des résidences secondaires, mais par contre nous remarquons un ensemble d’éléments qui fait beaucoup de bien au secteur et accompagne la baisse des prix pour rebooster la demande », analyse Ghali Chraïbi.


Des signaux encourageants
Ces dernières 15 années, les acquéreurs de ce type de biens ont jeté leur dévolu sur des villes comme Marrakech, Asila ou encore Agadir et aussi sa région. Depuis deux ans, la forte augmentation des stocks a poussé les promoteurs à opérer une baisse régulière des prix. Cela a eu l’effet escompté en encourageant la demande. À cela, s’ajoutent les taux bas pratiqués par les banques sur le crédit immobilier. Et même si les établissements bancaires ont revu les taux à la hausse ces derniers mois, il n’en demeure pas moins que la baisse a été un élément déterminant dans le regain d’activité dans ce marché. « Il y a de très fortes chances pour que ce marché reparte sur de bonnes bases. Depuis le début de l’année 2017, nous remarquons des signes encourageants, surtout par rapport à 2016 qui a été une année catastrophique. Les transactions réalisées cet été montrent que nous avons retrouvé une adéquation entre l’offre et la demande », soutient le DG de Cafpi, confiant. Mais, pour en arriver là, il a fallu faire beaucoup d’efforts, notamment de la part des promoteurs pour la valorisation des programmes déjà réalisés. « La baisse des prix et aussi la baisse des taux de crédit immobilier ont permis de rendre les biens immobiliers tous segments confondus abordables pour les Marocains. Aujourd’hui, Il est possible à titre d’exemple d’acheter un bien dans une  avec golf à partir de 800.000 DH à Marrakech !», conclut Ghali Chraïbi.


Article précédent

ONSSA : presque 1000 T détruites en deux mois

Article suivant

Maroc Export : deuxième opération de séduction au Brésil