Agriculture

Le Maroc, futur eldorado pour la production des fruits rouges ?

Le géant américain des fruits rouges Driscoll’s cherche à accélérer son développement au Maroc.


En effet, le premier producteur de fraises au monde est en pleine campagne de séduction auprès des agriculteurs marocains, notamment dans la région du Gharb et de Moulay Bousselham, afin d’étendre son modèle de partenariats sous licence qui a fait sa force à l’échelle internationale en lui assurant un développement très rapide non seulement dans son berceau de l’oncle Sam mais également en Europe, en Afrique du Sud, en Australie et en Chine. D’ailleurs, la filiale marocaine Driscoll’s du Maroc qui emploie actuellement une cinquantaine de salariés est en plein renforcement des effectifs afin d’accompagner la politique de développement volontariste au Maroc.

Concrètement, le producteur américain cherche à faire hisser la part des myrtilles, mûres et framboises produits au Maroc, alors que jusqu’alors ce dernier est davantage orienté vers les fraises au sein du dispositif productif mis en place par Driscoll’s en Méditerranée et principalement entre le Portugal, l’Espagne et notre pays. C’est que le royaume présente un potentiel important avec une proximité attractive pour les principaux marchés européens du groupe californien à savoir l’Europe du Nord et l’Angleterre.

Rappelons que contrairement à l’intégration verticale de la majorité des autres producteurs, le groupe Driscoll’s ne cultive pas lui-même ses produits mais passe des partenariats avec des agriculteurs, à qui il vend ses variétés de plants contre 15% de leurs recettes. Au Maroc, le groupe qui revendique 85% du marché des framboises aux États Unis, va même au-delà en proposant aux agriculteurs de racheter la quasi-totalité de leur production, ce qui les décharge des problématiques de commercialisation à l’étranger. À terme, le groupe souhaite transférer toute sa production mexicaine des mûres vers le Maroc. Mais avant cela, le modèle original de partenariat proposé par le groupe doit davantage mûrir auprès des producteurs marocains !


Article précédent

Il fait l’actu : Jamal Belahrach, nouveau PDG de BDO People & Digital

Article suivant

Contrats intelligents : bienvenue dans un nouveau monde