Société

Les appels à la générosité publique et la distribution d’aides alimentaires désormais encadrés

À la suite de la bousculade tragique survenue dimanche 19 novembre 2017 lors de la distribution d’aides alimentaires au niveau de la commune de Sidi Boulaalam, province d’Essaouira, des investigations, menées par le Parquet compétent ainsi que par l’inspection générale de l’administration territoriale, sont en cours, indique lundi 20 novembre le ministère de l’Intérieur.


SM le roi Mohammed VI a donné ses hautes instructions au Chef du gouvernement, au ministre de l’Intérieur et aux autres départements concernés afin que toutes les mesures juridiques nécessaires soient prises pour encadrer strictement les opérations d’appel à la générosité publique et de distribution d’aides aux populations démunies, souligne le ministère. La culture du partage est ancrée dans les traditions marocaines ancestrales et a toujours été très présente dans la société marocaine, tant au niveau de l’État, des ONG ou des particuliers. Les campagnes médicales, la distribution de dons, les actes de partage et de solidarité en font régulièrement foi. Le pays s’enorgueillit du dynamisme de ce tissu associatif foisonnant et son action bénéfique est reconnue, estimée et efficace.

Cependant, ces actions, bénéfiques en soi, ne doivent pas être menées sans un encadrement solide qui garantit la sécurité et la sauvegarde tant des citoyens bénéficiaires que des bienfaiteurs, précise le ministère. C’est pour cette raison que le cadre juridique réglementaire ordonné par le Souverain est primordial afin que soit préservée la tradition séculaire de solidarité et de partage et que soit garantie la sécurité, note la même source. De même, il ne faut nullement travestir les faits, en ces circonstances dramatiques ni surenchérir en invoquant les besoins des personnes nécessiteuses ou en les grossissant à outrance, relève le ministère de l’Intérieur.

Par ailleurs et conformément aux hautes orientations royales relatives à la reddition des comptes et aux principes devant régir les relations entre l’administration et les citoyens, le gouverneur de la province d’Essaouira sera entendu par la justice, dans le cadre de l’enquête judiciaire ouverte par le parquet compétent, dans le respect strict de l’état de droit, conclut le ministère de l’Intérieur.

Pour rappel, 15 personnes ont été tuées et 5 autres blessées dans une bousculade survenue dimanche lors d’une opération de distribution de denrées alimentaires organisée par une association locale dans le Souk hebdomadaire de la commune de Sidi Boulalam.


Article précédent

Bestmark amorce un nouveau virage

Article suivant

Bitcoin : l’Office des Changes réagit