Interview

Fayssal Rhnimi, responsable du Métier Factoring de la BMCI : « Les banques ont mis en place un accompagnement pour pouvoir assister les entreprises »

Le ministère des Finances a mandaté les banques qui verseront plus de 10 milliards de DH aux entreprises du secteur privé dans le cadre du mécanisme de remboursement des arriérés de crédits TVA. Le dispositif est opérationnel depuis début février. Fayssal Rhnimi, responsable du Métier Factoring au sein de la Direction du Corporate Banking de la BMCI, nous décrypte ledit mécanisme.


Challenge : Est-ce que vous pouvez nous rappeler les dispositions à prendre par les opérateurs auprès de la banque ?

Fayssal Rhnimi : Les opérateurs sont assez organisés. Les entreprises ont commencé à déposer les demandes. Le schéma est simple. Les banques aussi ont mis en place un accompagnement pour pouvoir assister les entreprises dans ce type de financement. A titre d’exemple, un client de la BMCI titulaire d’une créance de TVA et intéressé par une solution de financement s’adressera, muni de son dossier, à son Centre d’Affaires pour l’accompagner dans les démarches à suivre.  Après signature du contrat d’affacturage avec la banque et le respect du processus de notification, les fonds seront mis à la disposition du client. Le pôle factoring est mobilisé pour prendre en charge les demandes du réseau allant de la réception jusqu’au déblocage du financement.

Challenge : Quelles sont les actions que BMCI Factoring a déjà menées depuis la mise en place de ce dispositif ?

La convention a été signée le 24 janvier avec l’entrée en vigueur la première semaine du mois de février. Depuis, nous avons entrepris plusieurs actions. Premièrement, au niveau interne, il y a eu la formation de la force de vente. Nous avons aussi communiqué auprès des clients pour leur expliquer les termes de cette convention, avec des simulations. Au niveau juridique, des dispositions ont été prises pour rester dans l’esprit et dans les termes de cette convention. Sur le plan décisionnel, nous avons mis en place un process allégé pour pouvoir répondre rapidement aux clients en l’espace de 24 heures. En ce qui concerne le système d’information, nous avons un système spécifique qui nous permet de gérer ce type d’opération de bout en bout.

Challenge : On parle de plus de 30 milliards de DH dont plus de 10 milliards à rembourser au secteur privé par les banques. Quelle est la part totale que BMCI aura à rembourser dans ce cadre ?

Il est effectivement question d’un montant de l’ordre de 30 milliards de DH dont les 2/3 iront aux entreprises publiques. Notre part de marché est conséquente et nous visons un montant de telle sorte à la préserver. Depuis le lancement de l’opération, nous avons beaucoup de remontées d’informations positives de la part des clients. Ils posent des questions sur le schéma opérationnel, demandent des simulations. Il y a des entreprises qui nous demandent des brevets de contrat, notamment les multinationales pour pouvoir les adresser à leur maison mère et avoir des validations. Je pense qu’il y a assez d’engouement de la part des clients, vu que le taux est très intéressant. Ce qui fait la différence aujourd’hui entre les banques pour ce type de financement, c’est la proximité avec le client. Pour notre part, nous avons mis en place le dispositif nécessaire pour répondre rapidement et efficacement à nos clients.

Challenge : Quelles sont les difficultés que les clients peuvent rencontrer dans le cadre de cette opération ?

Nous sommes encore à la phase de démarrage, on ne peut pas encore parler de difficultés. Le rôle de l’entreprise se limite au fait de remettre à sa banque le récépissé de dépôt de la demande de remboursement, en plus de la signature de la lettre d’intérêt. Par la suite, le suivi du dossier est assuré principalement par la banque jusqu’au déblocage du financement. Le dispositif décidé par le ministère des Finances n’induit aucune crainte particulière.

Challenge : Quelles sont les ambitions de BMCI Factoring pour cette année ?

Les équipes Factoring BMCI bénéficient de l’expertise des 14 filiales Factoring du Groupe BNP Paribas à travers le monde. Le groupe est l’un des leaders du factoring en Europe via sa filiale BNP Paribas Factor France. Il dispose également d’un centre de compétences Factoring basé à Bruxelles pour consolider les données de l’activité et partager l’expertise.

Notre priorité en 2018 est donc de consolider notre position sur le marché. Et pour ce faire, nous allons continuer à exploiter nos avantages comparatifs. Nous allons aussi travailler en parallèle le segment PME-PMI en vue de les accompagner et répondre à leurs besoins.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le géant turc BIM continue de perdre de l’argent au Maroc

Article suivant

L’Association Marocaine des Consolideurs Financiers est née