Transport

L’espagnol Vectalia lorgne Rabat et Casablanca

Quelques mois après avoir démarré ses opérations au Maroc et plus particulièrement à Nador, le transporteur espagnol Vectalia voit grand pour son développement au sud de son marché domestique.


En effet, ce groupe familial né à Valence au début du siècle dernier cherche à se positionner sur la gestion déléguée du service de transport en commun dans le périmètre de Rabat-Salé-Témara. Un marché qui sera sans doute relancé dans les mois qui suivent après que le maître d’ouvrage, le groupement intercommunal Al Assima qui regroupe les communes urbaines de Rabat-Salé et Témara, eut déclaré infructueux le processus initié en septembre 2017 et ayant mis aux prises, en phase finale, Transinvest et le groupement City Bus-Alsa. Une aubaine pour le spécialiste ibérique de la mobilité urbaine et interurbaine dont les dirigeants ont récemment affirmé que le déploiement au Maroc revêt un caractère stratégique pour leur groupe et que les villes de Rabat et de Casablanca sont, désormais, dans le viseur. Une déclaration qui coïncide avec une récente recapitalisation de Vectalia Nador dont le capital a été porté à 20 millions de DH avec la participation de son partenaire marocain, le groupe Foughal Bus qui appartient à l’homme d’affaires bien connu dans la région de l’Oriental, Mohamed Mrabet, et qui compte une présence opérationnelle à Taza, Berkane et Guercif.

Rappelons que Vectalia emploie plus de 3 000 salariés pour un parc de plus de 800 véhicules. En 2017, ce groupe assez discret a transporté plus de 60 millions de voyageurs en France et en Espagne pour un chiffre d’affaires de plus 120 millions d’euros (plus de 1,3 milliard de DH). Outre le transport urbain, Vectalia s’est diversifié ces dernières années dans une panoplie de services (non forcément destinés aux communes) tels le nettoyage, l’entretien des espaces verts et la sécurité physique. Une activité porté par la filiale Vectalia Services et qui affiche une très forte croissance.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Badr Ikken, DG de l’IRESEN

Article suivant

Les valeurs de rendement décident de choyer davantage leurs actionnaires