Télécommunications

L’opérateur virtuel catalan FonYou débarque au Maroc

Le marché marocain des télécoms va-t-il enfin connaître l’arrivée d’un opérateur virtuel, à l’instar quasiment de tous les pays européens ?


En effet, depuis 2012 les rumeurs se succèdent quant à l’entrée imminente d’opérateurs Mobile Virtual Network Operator (MVNO) , mais rien ne change sous le soleil dans ce secteur marqué par un oligopole à trois acteurs (Maroc Telecom, Orange et inwi). Un statu quo qui risque bientôt de changer avec l’implantation récente au Maroc de l’espagnol FonYou, un des premiers MVNO sur le marché ibérique. Pour l’instant, FonYou Maroc annonce vouloir offrir, à partir de son siège casablancais, des solutions clefs en main aux opérateurs télécoms comme celles fournies sur le marché ibérique autour de sa plateforme technologique OMT-9000. Mais selon une source proche du dossier, il ne s’agit là que d’une première étape et le groupe créé en 2008 à Barcelone ne tardera pas à chercher à déployer son business model autour des solutions MVNO pour toucher les consommateurs marocains finaux.

Pour ce faire, il lui faudra, d’abord, tisser un partenariat avec un opérateur télécoms local et obtenir le sésame de l’Agence Nationale de Régulation des Télécommunications (ANRT) qui s’était déjà penchée ces dernières années sur les projets sans lendemain effectif de quelques prétendants, dont le saoudien Jawraa et Barid Al Maghrib qui avait prévu dans le cadre de son contrat-programme avec l’État 2013-2017 de lancer le premier opérateur MVNO au Maroc, avant de faire marche arrière.

Rappelons qu’un MVNO est un opérateur disposant d’une licence, mais qui ne dispose pas de son propre réseau radio ou de cuivre. Ainsi, un MVNO utilise les réseaux des opérateurs mobiles « classiques » en leur achetant des minutes de conversation en gros, pour offrir ensuite des services de communications mobiles à ses abonnés. La réglementation actuelle – notamment l’article 8 de la loi n°24-96 relatif à l’interconnexion, prévoit la possibilité de donner l’accès à un opérateur autre que les trois exploitants actuels du réseau de télécommunication, pour le bénéfice de l’utilisateur, mais cette possibilité n’a pas été exploitée jusqu’à présent. À suivre.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

ADM : baisse de 82% du résultat net

Article suivant

Il fait l’actu : Larbi Alaoui Belghiti, DG de Jumia Maroc