Conjoncture

Maroc : le FMI relève ses prévisions de croissance

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour l’économie marocaine pour 2017, à 4,8%, contre 4,4% prévu il y a 6 mois.


Dans son dernier rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales, publié mardi 11 octobre 2017 à Washington, l’institution de Bretton Woods a, par ailleurs, revu à la baisse ses prévisions de croissance du PIB du Maroc pour 2018 à 3 %, contre de 3,9% projeté dans son estimation d’avril, avant de revenir à une tendance haussière constante pour se situer à 4% en 2019 et à 4,5 % en 2022.

Pour ce qui est de l’indice des prix à la consommation, le FMI prévoit une baisse de 1,2 pc à 0,9 pc en 2017, et une légère appréciation de 1,5 pc à 1,6 pc en 2018, respectivement par rapport aux prévisions d’avril 2017.

Concernant le déficit du compte courant, les projections du FMI prévoient un creusement à-4% et -2.9%, respectivement en 2017 et 2018, contre -2,6 pc et -2,0%, prévus dans le rapport d’avril dernier.

Par ailleurs, le Fonds maintient inchangées ses prévisions de croissance du chômage de 9,3 pc et 9,5% respectivement en 2017 et 2018.

Dans son rapport pays publié en février 2017, le FMI a fait observer que les perspectives à moyen terme du Maroc restent favorables, avec le rebondissement de la croissance jusqu’en 2021, notant, toutefois, que les risques demeurent substantiels et sont liés principalement à la croissance dans les pays développés et les pays émergents, aux tensions géopolitiques dans la région, aux prix mondiaux de l’énergie et à la volatilité sur les marches financiers.

Pour l’institution de Bretton Woods, une croissance plus forte à moyen terme dépend de la mise en œuvre soutenue de réformes compréhensives liées notamment à la participation au marché du travail, à l’efficience de ce marché, à l’accès au financement, à la promotion d’une éducation de qualité, à l’efficience des dépenses publiques et à la constante amélioration du climat des affaires.


Article précédent

Œufs contaminés : les dommages évalués à 14 millions d’euros

Article suivant

Le must de la semaine