Aérien

La marque RAM passée au crible de l’expert américain SABRE

La marque Royal Air Maroc (RAM) sera bientôt scorée par un expert mondial du secteur du voyage et tourisme. En effet, la compagnie aérienne marocaine a recouru ces dernières semaines aux services de l’américain Sabre pour la réalisation d’un Net Promoter Score (NPS) destiné à renforcer sa compétitivité et relever les défis commerciaux auxquels elle fait face. Dans le cadre des travaux sous-jacents à cet accompagnement, la RAM a fait l’objet d’une enquête approfondie quant aux thématiques de l’expérience client et les attentes et motivations du passager aérien marocain et africain en général. L’étude comprend également un volet ayant trait à la manière dont la technologie peut accroître les recettes, réduire les coûts et améliorer l’expérience des passagers tout au long de l’année.


Cette étude NPS viendra par ailleurs se greffer au volet opérationnel de l’étude stratégique diligentée par Abdelhamid Addou au lendemain de sa nomination au poste de PDG de la RAM en février 2016 et dont les conclusions sont dans les tiroirs du nouveau gouvernement pour une décision avisée. Le timing de l’étude en cours de finalisation par Sabre n’est pas non plus anodin au vu de la forte dynamique attendue pour le marché africain (qui représente déjà un bon tiers des revenus de la RAM) qui connaîtra, à partir de 2018 et à l’initiative de l’Union Africaine, l’introduction du nouveau passeport panafricain.

Rappelons que Sabre propose des services de technologie et de conseil à plus de 225 compagnies aériennes, y compris la plupart des plus grands transporteurs au monde. La vaste gamme de solutions logicielles flexibles et modulaires proposées par Sabre permet aux compagnies aériennes d’adapter leurs activités en fonction de l’évolution des besoins et des exigences. De nombreux grands transporteurs africains, comme South African Airways, Kulula ou Ethiopian Airlines, font déjà appel à la technologie de Sabre pour relever leurs plus grands défis : accroître le chiffre d’affaires, minimiser les coûts et offrir une meilleure expérience de voyage.

Article précédent

Super Cérame mise sur l’export pour doper son business

Article suivant

Banque islamique : plusieurs pièces manquent au puzzle