ActualitésFlash-eco

Mustapha El Khalfi sur MFM : « le rythme des réformes s’accélère »

Invité de l’émission Décryptage ce dimanche 24 décembre 2017, Mustapha El Khalfi, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, a répondu aux questions de l’équipe de l’émission avec réalisme tout en montrant les avancées et les projets qui restent à réaliser par le gouvernement. Combattre la corruption et les situations de rente nécessite la poursuite des efforts entrepris tant sur le plan de la législation que sur celui du fonctionnement des institutions de contrôle.


Deux des domaines symbolisant ladite rente à savoir l’exploitation des carrières et le secteur minier sont maintenant encadrés sur le plan juridique et institutionnel. D’autres lieux de la rente continuent de faire l’objet d’un travail visant à fermer les voies à l’exploitation des richesses nationales sans contrepartie. La commission nationale de lutte contre la corruption a été constituée au mois de novembre avec la participation de Transparency et de la CGEM. Beaucoup d’affaires liées à la corruption ont été portées devant la justice et un début de traitement des réclamations concernant les marchés publics a été enregistré avec l’annulation de quatre appels d’offres en 2017.

Les efforts fournis dans le secteur de l’emploi
Le ministre a insisté sur le fait que le gouvernement a créé un nombre important d’emplois au sein du secteur public qui a dépassé environ 89.000, soit un chiffre dépassant ce qui a été créé durant le gouvernent dirigé par Driss Jettou, l’actuel premier président de la Cour des comptes et aussi par le gouvernement d’Abass El Fassi. En 2018, ce sont presque 40.000 postes d’emplois qui seront créés dont plus de 19 000 dans la fonction publique et 20 000 dans les établissements publics dans le domaine de l’éducation (AREF).

Le PJD est sorti plus fort de son congrès
Répondant aux questions de l’équipe de décryptage, le ministre El Khalfi a affirmé que les positions exprimées par les différents responsables du PJD ont été traitées avec franchise lors du congrès. Les scores réalisés par les candidats au poste de Secrétaire général de ce parti ont été serrés et l’actuelle équipe dirigeante représente l’ensemble des membres du PJD. Le ministre a insisté sur le fait que son parti ne peut que sortir gagnant en crédibilité et plus fort de cet exercice démocratique.

Le cumul des mandats et des indemnités
Mustapha El Khalfi n’a pas caché sa position sur cette question. Il faut délimiter le nombre de postes et aussi des indemnités. Le débat public sur cette question a, semble-t-il, été pris au sérieux par la direction du PJD. Certains cumulateurs et cumulatrices sont des responsables de ce parti.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Nouveau krash du bitcoin

Article suivant

Innodays 2017 : le digital au cœur de l'innovation