Interview

Moulay Mhamed Elalamy, DG de Saham Assurance : « La création de notre Digital Factory est venue en réponse à un impératif de changement »

Saham Assurance vient de créer sa Digital Factory. Son directeur général explique les véritables enjeux de cette sorte de laboratoire dédié à la conception de solutions innovantes destinées à changer la vie des assurés de sa compagnie.


Challenge : Le premier projet stratégique auquel vous vous êtes attelé à votre arrivée à la tête de Saham Assurance en janvier 2017 est la création d’une Digital Factory. Pourquoi ?
Moulay Mhamed Elalamy : On pourrait répondre sous forme de boutade, parce que « le changement, c’est maintenant » ! En effet, la création de notre Digital Factory est venue en réponse à un impératif de changement rendu nécessaire par une clientèle devenue plus exigeante, et qui entend bénéficier d’une expérience client agréable, personnalisée et fluide. La Compagnie est donc amenée aujourd’hui à se transformer, de manière à être capable de placer davantage le client au centre de son organisation, de ses process et de sa culture. Cette transformation va être portée par la Digital Factory, qui a pour mission de traduire cette nouvelle orientation via le lancement de process innovants et customer-centric, et d’agir vite grâce à une culture de l’expérimentation, et à des cycles de décision courts.

Challenge : Les sujets de transformation digitale sont en vogue actuellement. On parle notamment beaucoup de ces nouveaux profils « digitaux » qui y travaillent. Qui sont-ils, et comment s’intègrent-ils aux équipes existantes ?
L’avènement d’une transformation digitale ne va pas en effet sans l’intégration de nouveaux profils, tels que des Scrum Masters, des UX Designers, ou encore des Data Architects. Mais l’expertise digitale de ces nouveaux profils doit impérativement être associée à l’expertise métier. Les équipes de la Digital Factory sont ainsi composées de profils issus de l’ensemble de l’organisation, qui se retrouvent autour d’un projet commun, à cheval entre le marketing, les métiers et la DSI, tout en étant toujours tournés vers les utilisateurs. Cela implique un état d’esprit particulier pour les talents qui la composent, ainsi que des modes de management différents. Adopter ces nouvelles méthodes de management dites transversales permet de décloisonner les métiers, les compétences et les ressources, et de favoriser un travail collaboratif source de créativité et d’innovation.

Challenge : Comment la Digital Factory va-t-elle se déployer sur le terrain pour accélérer la transformation digitale de Saham Assurance ?
La Digital Factory intègre à la fois des experts métiers et des profils digitaux pointus. Cette association va permettre de diffuser une culture agile au sein des équipes, et c’est une première brique importante dans la transformation de la Compagnie. Et je tiens à cet égard à préciser que la transformation n’est pas que digitale. La transformation est globale, et le digital en est l’un des leviers. Plus concrètement, nous allons pouvoir développer des offres personnalisées pour notre clientèle, mieux les fidéliser et les servir tout au long de la relation, et leur faciliter l’entrée en relation avec la Compagnie, quel que soit le canal utilisé.

Challenge : Du point de vue de son aménagement, la Digital Factory n’a pas lésiné sur les moyens pour se doter d’une architecture qui attire l’attention. Pourquoi ?
Pour aménager la Digital Factory, nous avons choisi de réhabiliter l’ancien siège des Assurances Saada. Situés au cœur du quartier Art Déco de Casablanca, ils ont été aménagés dans l’esprit des startups de la Silicon Valley. Et on pourrait vraiment s’y croire ! Mais tout ceci n’a pas été fait uniquement pour nous faire plaisir. Car pour insuffler un état d’esprit créatif, pousser les équipes à casser les codes, à adopter une organisation managériale collaborative et flat où seul le talent compte, il fallait créer un lieu de travail qui incarne cette culture de startup innovante. Et je crois que l’objectif a été atteint dans la mesure où l’ensemble des équipes travaillent aujourd’hui avec une belle énergie créative, dans une intelligence collective efficace.


Article précédent

La concurrence se corse

Article suivant

Le BCIJ démantèle une nouvelle cellule à Tanger et Meknès