Portrait

Nabil Abouzaid, DG d’Ipsos Maroc & Algérie : un sondeur passionné

C’est un brillant parcours que lui-même n’aurait pas imaginé au départ. Né le 5 septembre 1975 à Meknès d’une famille de classe moyenne, Nabil Abouzaid est aujourd’hui à la tête de la filiale marocaine et algérienne du groupe français Ipsos, spécialisé dans les sondages et études de marché, et qui plus est un poids lourd mondial du secteur.


Son ambition ? Renforcer la place d’Ipsos en tant que leader des études de marché au Maroc et dans toute la région. Et pour ce faire, le natif de Meknès ne ménage aucun effort. En ligne avec la nouvelle stratégie du groupe Ipsos et de la nouvelle signature « Game Changers », Ipsos Maroc a adopté une stratégie de différenciation par rapport à ses concurrents sur les marchés marocain et maghrébin, en proposant à ses clients des solutions d’études pointues, simples et innovantes, répondant de la manière la plus précise possible à leurs problématiques d’études. Forte de son succès sur le marché local, l’entreprise travaille également avec des groupes marocains qui s’internationalisent notamment sur le marché africain. Au-delà du rayonnement de l’entreprise qu’il dirige, Nabil Abouzaid entend redorer le blason du secteur des Etudes de marchés au Maroc et contribuer à son développement, notamment dans le cadre de l’association marocaine des études de marchés (AMISE) dont il est le Vice-président ou encore en tant que représentant de l’association mondiale des études de marchés (ESOMAR), dont il est le représentant au Maroc. Un autre défi de taille pour l’ambitieux patron. Ce natif de Meknès tient à sa ville natale comme à la prunelle de ses yeux. En effet, Meknès lui a tout donné. «J’ai vécu à Meknès jusqu’à l’âge de 20 ans. J’y ai fait mes études primaires et secondaires. Et j’ai aussi fait mes deux premières années d’université là-bas en sciences économiques avant d’intégrer l’ENCG de Settat », raconte-t-il. « J’ai eu une enfance normale. J’étais très porté sur le sport notamment le tennis. Je partais aussi à la piscine pendant l’été. Mon père était ébéniste spécialisé dans la fabrication de meubles sophistiqués. Il avait sa propre entreprise et j’allais souvent passer des stages d’été au sein de l’entreprise familiale pour donner un coup de main et aussi apprendre le métier. D’ailleurs, j’ai un petit penchant pour le bricolage et je pense que ça vient de là », poursuit-il.

Meknès, mon amour !
Il a fréquenté l’école « Notre Dame » de Meknès pour ses études primaires et a continué au collège Moulay Hafid pour celles du secondaire avant d’intégrer le lycée Moulay Ismail en sciences économiques et décroche son BAC en 1993. C’est justement en 1995, soit un an après le lancement de la première Ecole nationale de Commerce et de Gestion, qu’il rejoint la deuxième promotion de cette école. Ce départ de Meknès pour Settat marque une étape cruciale dans la vie de Nabil Abouzaid qui s’était habitué à vivre dans le carcan familial. Il se retrouve un peu désemparé dans une ville à laquelle il doit s’acclimater. « Heureusement pour moi, j’avais un de mes frères qui était déjà installé à Casablanca, et cela m’a aidé», confie Nabil Abouzaid qui, malgré la distance a su entretenir ses relations avec les amis de sa ville natale. « Intégrer l’ENCG était pour moi une chance inouïe, car je ne m’imagine même pas avoir continué mes études à la fac. Ce n’est pas péjoratif, mais le système à l’époque n’était pas bon. Le tissu industriel dans une petite ville comme Meknès n’est pas développé, ce qui limite les opportunités », explique le directeur général d’Ipsos Maroc & Algérie. Après l’obtention de son diplôme de l’ENCG en marketing, il décroche son premier emploi au sein du cabinet LMS Marketing dans lequel il est resté de 1999 à 2002 en tant que chef de projet. Il est en effet débauché en 2002 par le groupe télécom Méditel (Orange Maroc aujourd’hui) pour occuper le poste d’analyste Marketing. Juste un an après, soit en 2003, il est à nouveau débauché par un prestataire du groupe télécom, le cabinet TNS. Sa carrière prend une nouvelle envergure.

Une brillante carrière professionnelle
De chargé d’études senior, il gravit les échelons jusqu’à devenir Directeur des études. Il se marie en 2007. Il est, entre temps, repéré par le groupe Centrale Laitière (Centrale Danone aujourd’hui), et quitte donc TNS Maroc en 2008 pour prendre les commandes de la Direction Études de marché et Médias du groupe laitier. « C’était un challenge très intéressant pour moi. En plus des études, j’avais aussi la possibilité de m’occuper de la stratégie Média. Je jouais ce rôle pour l’ensemble des filiales du groupe», décrit Nabil Abouzaid. Il occupe ce poste de 2008 à 2012. Et là, c’est un nouveau tournant. « Ipsos s’est installé au Maroc et faisait partie des cabinets avec lesquels collaborait le groupe Centrale Laitière, et moi particulièrement en tant que directeur Etudes et Médias. Du coup, Ipsos me propose d’intégrer la filiale marocaine. Et là, j’ai dit pourquoi pas ? Et donc, nous avons entamé les discussions de manière très informelle. Étant directeur au sein d’un grand groupe, je me disais que la prochaine étape de ma carrière serait de diriger une filiale d’un cabinet d’études international ou de rentrer dans son capital. Ils ont trouvé cela audacieux et intéressant. Et c’est là qu’ils m’ont proposé de prendre la direction de la filiale marocaine. Il s’agit d’un saut qualitatif dans ma carrière que je ne pouvais pas refuser », confie le natif de Meknès. Et cerise sur le gâteau, Nabil Abouzaid, fonceur et très passionné par son métier, s’est vu aussi confier depuis fin 2014 la direction d’Ipsos Algérie. « Cela représente un défi de taille. L’Algérie est un pays à potentiel pour nous. Le fait de prendre les commandes d’Ipsos dans ce pays m’a aussi permis de mieux connaître nos voisins algériens plutôt que de rester sur des stéréotypes véhiculés dans les médias pour des raisons politiques », conclut-il.

Bio express
1975 : Naissance à Meknès
1993 : Obtention du BAC
1995 : Intègre l’ENCG de Settat
2008 : Rejoint le groupe Centrale Laitière
Depuis 2012 : DG d’Ipsos Maroc & Algérie

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

La KfW apporte un financement au futur CHU de Bouskoura

Article suivant

« Le fait de s’acquitter de ses obligations fiscales sans le moindre déplacement chez l’administration est un avantage indéniable »