Automobile

Nouvelle Nissan Leaf : Watts else !

Design plus élégant, autonomie portée à près de 400 km grâce à l’apport d’une batterie inédite et installation de système de conduite semi-autonome et de fonctionnalité innovantes : la Leaf 2017 fait peau neuve et marque un grand coup. De quoi rendre cette voiture toujours plus agréable à conduire et son mode d’énergie propre encore plus séduisant…


C’était l’effervescence mercredi 6 septembre lorsque Nissan a présenté, en première mondiale à Tokyo, sa deuxième génération de sa compacte électrique Leaf (de l’anglais « Leading, Environmentally Friendly, Affordable, Family Car »). Toute la presse mondiale avait été conviée dont Challenge, ce qui représentait près de 700 journalistes réunis, pour venir découvrir cette nouvelle version de la berline toute électrique du constructeur japonais. Cette Leaf 2 marque une vraie rupture stylistique avec la précédente génération, lancée en 2010, et qui reste aujourd’hui encore la voiture électrique la plus vendue au monde avec près 250 000 exemplaires. Fini les gros phares ronds proéminents, la trappe de recharge bien visible et l’arrière baroque qui, par leur exubérance soulignait l’originalité du mode de propulsion de cette première Leaf. La nouvelle Nissan Leaf se rapproche davantage des autres modèles de la gamme avec un look plus consensuel, plus simple et plus séduisant qui évolue pour mieux s’intégrer au reste de la production et plaire à un plus large public, de plus en plus sensible à ce type d’énergie. Au menu : une face avant qui reprend la calandre en V, un coloris bi-ton optionnel, des optiques en boomerang ou encore le «toit flottant». A l’arrière, on remarque le dessin des feux qui n’est pas sans rappeler celui de la nouvelle citadine Micra.

Osez la couleur
La palette des couleurs évolue également avec des coloris inédits dont un jaune, un bleu clair et un rouge qui la rendent très attractive. Le moteur électrique est quant à lui 38 % plus puissant avec désormais 110 kW (soit 150 ch) au lieu de 80 kW auparavant et un couple de 320 Nm, mais la vitesse maximale reste bridée à 144 km/h comme la génération précédente. Longue de 4,48 m, cette nouvelle mouture dont le centre de gravité a été abaissé pour un comportement routier plus dynamique, peut accueillir cinq passagers et le volume de son coffre voit sa contenance s’améliorer avec désormais 435 litres de chargement contre 370 pour l’ancienne. La batterie n’a donc pas impacté la capacité du coffre puisqu’elle est directement située sous le plancher de l’habitacle. Une batterie – toujours fournie par AESC, la joint-venture créée entre NEC et Nissan – qui a vu sa capacité augmenter en passant à 40 kW/h (30 kW/h avant) offrant ainsi une autonomie qui grimpe de 40 % pour atteindre, selon le constructeur, 378 km en cycle NEDC. On peut donc raisonnablement tabler entre 250 à 300 km d’autonomie réelle selon les conditions rencontrées. Mais ce n’est pas tout car, comme annoncée lors des workshops d’après présentation, une seconde version encore plus puissante viendra, courant 2018, compléter le catalogue. Elle devrait disposer d’une batterie d’une capacité de 60 kWh fournie par le constructeur coréen LG Chem qui l’autoriserait à environ 550 km d’autonomie NEDC, soit 300 à 350 km en condition réelle.

Habitacle moins futuriste
L’habitacle évolue également avec un intérieur plus luxueux qui se traduit par une planche de bord en forme d’aile déployée, une nouvelle instrumentation, et une finition de belle facture. Outre un volant à méplat à grosse jante disposant de plusieurs boutons dont la commande de sélection du système ProPilot, on remarque le nouvel écran digital à 7 pouces qui intègre, sur l’emplacement du cadran de gauche, l’affichage des fonctionnalités du système ProPilot. Un écran de navigation vient prendre place en haut de la console centrale et sera compatible avec Android Auto et Apple Card Play. Outre le régulateur adaptatif agissant jusqu’à l’arrêt total et une direction active pour le maintien dans sa file, le système de conduite semi-autonome ProPilot est complété par des fonctions comme la prise en charge de l’accélération, du freinage, de la direction et du frein de parking. Les manœuvres pour se garer sont donc désormais entièrement automatisées avec le système ProPilot.

Pédale unique
Autres nouveautés : le système e- Pedal qui permet de contrôler l’accélération, le ralentissement mais surtout le freinage du véhicule avec la seule pédale d’accélérateur. Comment ? Lorsqu’il reprend les commandes, le conducteur pourra maitriser la plupart des freinages en conditions normales en relâchant simplement l’accélérateur (0,2 g de décélération maxi) jusqu’à l’arrêt complet, soit, selon Nissan 90 %, du temps. Et lorsque la pédale d’accélérateur est totalement relâchée, un système de freinage régénératif est automatiquement appliqué et immobilise la voiture. Selon Nissan, la réactivité de cette e-pedale amplifie le plaisir de conduire un véhicule électrique. Commercialisation dès cet automne au Japon, la nouvelle Nissan Leaf sera lancée en Europe début 2018 pour un prix qui devrait être sensiblement équivalent au modèle précédent.


Article précédent

Aventurier dans l’âme

Article suivant

Il fait l’actu : Hakan Gürdal, nouveau DG de Ciments du Maroc