Tourisme

Le PDG de la station de Mogador jette l’éponge

Deux ans à peine après avoir été nommé à la tête de la Société d’aménagement d’Essaouira Mogador (SAEMOG), Omar Bennani jette l’éponge.


En effet, celui qui avait succédé à Leila Haddaoui (ancienne DG du Groupe Pierre & Vacances Center Parcs qui y avait fait, lui aussi, un passage éphémère) vient de démissionner de son poste de président-directeur général de cette entité en charge de l’aménagement et de l’exploitation de la station balnéaire Mogador, laquelle n’a jamais réellement pris son envol depuis son inauguration en 2011. Le successeur du PDG démissionnaire n’est autre que son ex-collaborateur Mehdi Attayallah qui était, jusqu’alors, en charge de la Direction Financière.

Si officiellement rien ne filtre sur les raisons de ce départ anticipé, des voix proches du dossier l’attribuent à l’échec d’un énième plan de restructuration qui visait à identifier de nouveaux leviers de financement et un redéploiement du positionnement de la station de Mogador (notamment en faisant la part plus belle aux segments économique et loisirs et en abandonnant le projet d’un deuxième golf). Aussi, il semblerait que les décideurs publics approchés à plusieurs reprises par les actionnaires privés ont fini par rejeter toute solution impliquant une intervention avec les deniers publics notamment pour renflouer SAEMOG (dont les déficits cumulés dépassent aujourd’hui largement les 400 millions de DH pour un capital de près de 900 millions de DH et une dette bancaire colossale de près de 800 millions de DH) malgré les griefs de leurs interlocuteurs privés notamment pour le manquement de l’État dans son rôle d’accompagnateur et de parrain du projet puisque les « investissements » dans la promotion et la connectivité de ce site n’ont pas suivi notamment en matière des dessertes aériennes directes vers Essaouira en provenance des principaux marchés émetteurs de touristes pour le Maroc.

Rappelons que SAEMOG compte un tour de table des plus prestigieux composé du premier groupe hôtelier marocain (RISMA et son actionnaire de référence Accor) aux côtés d’un panel d’institutionnels marocains dont RMA, Axa Assurances Maroc, CFG Bank et Saham Assurances. Des 9 000 lits que cet aménageur développeur devait y réaliser en sept ans, seuls un peu plus de 400 ont effectivement vu le jour au sein de l’unique hôtel qui y a été construit, à savoir l’Hôtel du Golf qui arbore l’enseigne prestigieuse Sofitel Luxury Golf & Spa.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Simon Coveney, ministre des Affaires étrangère de L’Irlande

Article suivant

Maroc Telecom conforte sa place dans le palmarès Vigeo Eiris