Automobile

Peugeot–Citroën : premier coup de pioche à Kénitra

Le Groupe PSA devient le deuxième constructeur automobile français à implanter une unité industrielle au Maroc. Après l’usine de Renault inaugurée en 2012 à Tanger, le Groupe qui exploite les marques Peugeot, Citroën et DS a donné le coup d’envoi, mercredi 15 juin 2017, du chantier de son unité à Kenitra Automotive City. La cérémonie a été présidée par Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie Numérique, et de Carlos Tavares, président du directoire du Groupe PSA.


L’usine PSA de Kénitra produira dès 2019 des moteurs et des véhicules couvrant les besoins de la région et des clients marocains. Elle emploiera 3500 emplois directs et 20.000 emplois indirects. L’unité dispose d’une capacité de production 90.000 véhicules/an au démarrage, et de 200.000 unités à terme. Quant au taux d’intégration, « nous ambitionnons d’atteindre le taux maximum », précise Carlos Tavares, sans donner de chiffre. Il ajoute que « PSA va produire dans cette usine des véhicules sur une plateforme totalement nouvelle, la Common Modular Platform (CMP). C’est un gage de modernité mais c’est surtout un gage de respect. Le Groupe fabrique en Afrique et au Moyen-Orient des véhicules aux meilleurs niveaux de technologie et modernité et aux meilleurs standards de qualité de sécurité et de confort pour apporter à nos consommateurs africains tout ce qu’ils attendent de nous ». Le président du directoire n’a toutefois pas précisé les modèles qui seront fabriqués dans la nouvelle usine « pour ne pas donner l’information à mes concurrents puisque je suis ici pour les battre. Et battre les concurrents pour le Groupe PSA c’est rendre nos clients heureux ; et faire en sorte qu’ils soient plus heureux avec nous qu’avec d’autres. La croissance de l’entreprise n’est pas un objectif en soi mais c’est le résultat d’un travail bien accompli. Autrement dit, l’entreprise va croître ; les productions industrielles vont croître si nous sommes capables de rendre nos clients heureux à la fois par le produit et par le service. Ayant observé depuis 36 ans que je suis dans l’industrie automobile mondiale, j’ai fini par comprendre que la taille n’est pas un objectif stratégique. La taille est le résultat du niveau de bonheur que vous êtes capables d’offrir aux clients. Kénitra n’y fait pas exception. Nous n’entrons pas à Kénitra par la taille. Ce que je peux dire c’est que ce sont des modèles parfaitement  à jour ; qui seront dans la même dynamique de modernité que l’ensemble des produits de Peugeot, Citroën et d’autres marques comme DS que nous fabriquons dans le monde entier », a-t-il souligné.

Pour sa part, Moulay Hafid Elalamy est réjoui du début de la construction de l’usine. « Nous nous attendions à ce que le projet démarre un peu difficilement ; mais ce n’est pas le cas. Le projet est dans la perspective de ce qu’on avait prévu en matière de timing », note le ministre qui confie qu’il était prévu d’implanter l’usine à Tanger «  parce qu’il y a un port en place et des infrastructures déjà réalisées. Mais SM le Roi Mohammed VI a préféré faire bénéficier une autre région. La zone des équipementiers que nous avons prévue de remplir sur plusieurs années est déjà remplie à 70% et nous avons déjà demandé l’extension de cette zone. Nous parlons déjà avec le président du directoire d’une extension potentielle de l’usine, parce que selon lui ils n’ont jamais vu dans un pays une réactivité et une capacité de réaliser un projet avec à la fois et l’État et le gouvernement qui se mettent en ordre de bataille, mais aussi la qualité de nos ressources humaines qui est assez exceptionnelle et la compétitivité du Maroc qui est en train de prouver jour après jour ses capacités ».

Déployé conformément au protocole d’accord signé le 19 juin 2015 entre le Groupe PSA et le Royaume du Maroc, sous la présidence effective de SM le Roi Mohammed VI, le projet industriel de PSA s’accomplit à une cadence soutenue, selon le calendrier prévisionnel des actions programmées et les engagements pris de part et d’autre. Le complexe industriel de PSA à Kenitra bénéficie d’un tissu de fournisseurs qui se développe au Maroc, permettant la réalisation d’un taux d’intégration locale de 60% au démarrage du projet et de 80% à terme, tel que prévu dans le protocole d’accord. La performance des fournisseurs locaux d’équipements automobiles permettra à ces derniers de bénéficier d’une croissance très significative de leur activité. Les commandes affectées jusqu’à présent sont en ligne avec les objectifs de sourcing local, souligne le Groupe, dont la marque Peugeot est la quatrième plus vendue au Maroc (10.986 unités en 2016 pour 7,63% de parts de marché).

Le Groupe PSA a également signé un accord de coopération avec le réseau des Instituts de Formation aux Métiers de l’Industrie Automobile (IFMIA) qui porte sur la formation de ressources humaines conformément aux exigences et standards de production du groupe PSA. D’autres partenariats sont à l’étude avec l’OFPPT et des universités au Maroc, ajoute PSA, qui ambitionne de vendre un million de véhicules à l’horizon 2025 dans la région Afrique Moyen-Orient.

Les ambitions du Groupe PSA sur le continent africain ne se limitent pas au Maroc. Il prévoit également une unité industrielle en Algérie (capacité de production prévue de 75.000 véhicules) et d’autres unités de taille plus modeste au Kenya ainsi qu’en Tunisie. Ces unités s’ajouteront aux usines d’assemblage au Nigeria et en Éthiopie.


Article précédent

La CGEM s’interroge sur l’état des lieux de la Smart Industry au Maroc

Article suivant

Nissan, la pépite d’Auto hall

1 Commentaire

  1. 9 octobre 2017 à 21 h 57 min — Répondre

    Cette projet dans le maroc il est magnefique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *