Téléphonie mobile

Visite au cœur de Oppo à Dongguan

30 heures de vol aller-retour avec escale, 28.724 km, 3 jours… le périple est certes long mais la visite de la Chine et des locaux de Oppo en valent le détour. Organisé du 16 août au 19 août 2017 par le fabricant chinois créé en 2004, le voyage de presse a réuni des journalistes marocains et égyptiens qui ont découvert (pour la première fois pour certains) la Chine. Plus particulièrement Shenzhen, ville de séjour pendant ce voyage, et Dongguan où se trouve l’usine de Oppo.


La fourmilière
Située à Dongguan, l’usine de Oppo emploie plus de 1000 salariés. Opérationnelle 24/24 h à raison de 3 shifts de 8h, elles est étalée sur trois étages et abrite l’atelier SMT (Surface-Mount Technology), le laboratoire QE (Quality Engineering) et l’atelier d’assemblage. Ce dernier est divisé en 26 lignes d’assemblage où chaque modèle (R9, F3…) se voit attribuer 36 ouvriers dédiés, répartis sur un segment d’assemblage et un segment de test. Un travail à la chaîne réglé comme une horloge suisse où l’erreur n’est pas admise. Une fois le smartphone assemblé, la contrôleuse de qualité en choisit trois au hasard pour les tester. Une seule défaillance suffit pour que tout le patch soit démonté en intégralité. Le premier fabricant de smartphones en Chine en 2016 et quatrième au monde lors du premier trimestre 2017 (selon International Data Corporation) ne laisse rien au hasard.

Tout commence au laboratoire QE. Il est dédié aux tests réguliers des smartphones au tout début de la production de masse pour assurer un contrôle total de leur qualité. Trois types de tests QA (Quality Assurance) y sont opérés : les tests électriques de performance, les tests structurels (destruction, structure-plug), les tests environnementaux de vieillissement (vieillissement des composants fonctionnels, adaptabilité dans différents environnements). Le nombre total des tests dépasse les 150. Ils varient de 8 heures à 15 jours, selon les fonctionnalités. Par exemple, le smartphone subit 48.000 fois d’affilée le test de destruction, qui consiste à le lâcher d’une hauteur de 1 m et 1,5 m séparément. Pour leur part, les boutons sont testés 100.000 fois.

L’autre pièce maîtresse de l’usine est le centre SMT. Il dispose de 38 lignes de production de la carte mère et 25 lignes de production de petites plaques. La capacité de production par mois est de 7,5 millions de cartes mères et 25 millions de sous-panneaux. De plus, le centre est équipé de 65 outils de mesures et d’étalonnage complets. Afin d’assurer la qualité des cartes mères fabriquées, l’entreprise positionnée sur le milieu de gamme des smartphones a mis en place 3 mesures. Premièrement, tous les équipements SMT proviennent des fabricants les plus performants au monde. Deuxièmement, 18 processus d’inspection de qualité ont été définis, afin de garantir que la carte mère fournie à l’atelier d’assemblage soit de la meilleure qualité. Enfin, la norme de qualité Oppo mise en place dans l’atelier SMT figure parmi les plus élevées dans l’industrie de téléphone mobile, et bien au-delà de la norme nationale en Chine. Aussi, une deuxième machine effectue la vérification de la qualité des puces électroniques après leur passage par la première machine. La ligne de montage est composée de trois procédures d’inspection automatique et une procédure d’inspection manuelle pour garantir la qualité de soudage. La capacité de production de chaque ligne d’essai est d’environ 10.000/jour, ce qui équivaut à 2,5 fois la capacité de production d’une ligne de test manuelle.

Le cœur de métier
La caméra est le cœur de métier du fabricant chinois, d’où le slogan « Oppo Camera Phone ». L’entreprise a ainsi surfé sur la vague du selfie pour se démarquer. Pour y parvenir, la marque brevetée en 2001 a adopté le credo « Buy and Customize ». En d’autres termes, Sony et Samsung fournissent le capteur (sensor), l’objectif (lens) est acquis de Largan Precision, tandis que l’Image Signal Processor (ISP) provient de Qualcomm.

Zhou Qiqun, Hardware Director et Charles Tan, International PR Director de Oppo
Zhou Qiqun, Hardware Director et Charles Tan, International PR Director de Oppo

Le processus d’amélioration de la caméra est en marche chez Oppo depuis 2008. Cette année-là, l’entreprise a lancé le A103, son premier téléphone mobile Smiley Face. À l’époque, il avait les meilleures capacités de prise de photos et d’enregistrement vidéo parmi tous ses pairs d’une note similaire. Quatre ans plus tard, le fabricant qui s’est spécialisé dans un premier temps dans la fabrication des lecteurs MP3 et MP4 a été le premier à introduire la fonction d’embellissement dans les téléphones mobiles, avec le lancement successif de deux modèles révolutionnaires, les U701 et U2. Le Oppo U701 a été le premier smartphone sur le marché doté de la fonction d’embellissement des selfies. À l’époque, la qualité de la caméra frontale des smartphones était généralement de 1,3 MP. Le Oppo U701 possédait une caméra 2MP en plus du moteur Beauty +, capable de reconnaître facilement le visage, retoucher la tonalité et améliorer les fonctionnalités du visage. S’en est alors suivi plusieurs innovations, comme le Smiley Group Shot, l’Instant Shot, l’enregistrement vidéo HDR, le Beautify (breveté), la caméra rotative à 206°… la dernière trouvaille de l’entreprise qui opère dans 27 marchés à travers le monde est le Selfie Expert, matérialisé par la série F (F1s, F3 Plus…).

Historique de Oppo
Historique de Oppo

Concernant le Maroc, Oppo s’est installé en 2015 au Royaume. Elle a adopté la même stratégie qu’en Chine, à savoir une distribution fondée sur de nombreux revendeurs. La marque propose 16 smartphones, dont le dernier F3 Selfie Expert.


Article précédent

Il fait l’actu : Driss Guerraoui, nouveau membre de l’Académie des Sciences du Portugal

Article suivant

Attijariwafa bank a un nouveau partenaire nippon