Finance publique

13ème colloque international : Les finances locales à l’honneur

13 ans de collaboration et d’échange. Pas moins de 26 colloques. Fondafip, ainsi que la Revue Française de Finances Publiques sont devenues de vrais partenaires du ministère de l’Economie et des Finances.


Les colloques organisés ont toujours été un moment de réflexion pour stimuler l’intelligence collective dans le domaine des finances publiques. Cette année, le 13ème colloque international des Finances Publiques a été consacré à la question des finances locales au Maroc et en France, dans un monde en mutation.

Effectivement, le monde traverse actuellement une zone d’intenses turbulences où certains fantômes semblent de retour. Droite et extrême droite d’inspiration xénophobe ont de plus en plus le vent en poupe. La gouvernance des institutions internationales est pratiquement en panne. Alors l’articulation du global et du local est vraiment à l’ordre du jour. C’est même une priorité à intégrer systématiquement dans les politiques publiques. Les chantiers de la régionalisation et de la décentralisation sont devenus incontournables pour faire face aux défis du développement.

Lire aussi : Finances publiques : Aggravation du déficit budgétaire de plus de 24%

Dans la réalité, beaucoup d’obstacles doivent d’abord être bien identifiés pour être efficacement dépassés. C’est l’objectif partagé dans ce 13ème colloque où universitaires, chercheurs, praticiens, acteurs publics et acteurs privés, société civile, remuent leurs méninges pour alimenter la pensée collective et nourrir les processus décisionnels en idées riches et en réformes pertinentes.

La France et le Maroc, deux partenaires historiques, deux expériences sociétales qui se complètent et s’enrichissent réciproquement en permanence.

Espérons juste une plus grande ouverture et une diversification plus large des échanges internationaux pour pouvoir découvrir d’autres expériences humaines, en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Sans oublier la dimension endogène où les pratiques locales et ancestrales méritent d’être bien connues et ressuscitées. L’articulation réussie de l’universel et du spécifique passe nécessairement par le dépassement de cette vision réductionniste et binaire, opposant tradition et modernité. 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

La marocaine Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France

Article suivant

Faire avec…