Les chroniques de Jamal Berraoui

2020 : l’annus horribilis

Le monde, l’humanité ont vécu une année d’horreur. Un simple virus a suffi pour annihiler des années de croissance, mettre fin à ce que d’aucuns appelaient la mondialisation heureuse, à emporter deux millions de personnes, à saturer les systèmes de santé les plus sophistiqués, à interdire la vie sociale.


Le seul vœu que l’on peut faire pour l’année qui vient, c’est que cela se termine, que l’on puisse retrouver nos libertés, nos liens sociaux, notre penchant pour le beau, dans la nature et chez l’humanité. Nous nous accrochons tous à un radeau qui s’appelle le vaccin. C’est un bout de tunnel, mais qui ne suffit pas. Au-delà des questions scientifiques, qui sont nombreuses parce qu’il n’y a pas de recul, mais aussi parce que les théories complotistes prospèrent ; au-delà de tout cela, il nous faudra panser les plaies, reconstruire les économies, plus solidaires, moins interdépendantes, faire preuve de solidarité envers les précarités, retrouver un sens à des vies dévastées.

Lire aussi | UM6P : nouveau Lab en partenariat avec la RAM

Et pourtant, la vie triomphera. Il faudra bien que l’été prochain, on retrouve nos plages, que nos jeunes s’amusent enfin en toute sécurité, sans risquer d’envoyer leurs parents à la morgue. Pour y arriver, nous n’avons qu’un seul ingrédient : l’espoir mobilisateur. L’auteur de ces lignes a perdu beaucoup de ses proches, ses libertés, mais il sait que des jours meilleurs arriveront. Cet espoir n’est fondé que si nous sommes à la fois disciplinés et solidaires collectivement. Car les dégâts sur les gens sont incommensurables. Pour remonter la pente, il faudra beaucoup de dons de soi.

Lire aussi | Programme Al Moutmir/Olivier 2020 : OCP dresse le bilan des plateformes de démonstration

La confiance en l’avenir ne peut être qu’exigeante. Cette foi nécessite une propension à accepter des efforts. Alors, et seulement alors, nous pourrons reconstruire, retrouver nos liens sociaux, parce que le vaccin aura fait son œuvre. Et nous pourrons nous souhaiter bonne année, comme un signe d’espoir.

 
Article précédent

Vaccination anti-covid : 5 choses à savoir avant le démarrage effectif de l’opération

Article suivant

Le RDV des bonnes affaires : des offres séduisantes à saisir chez Nissan