International

2021 : l’urgence du multilatéralisme face à la crise sanitaire mondiale

Le système multilatéral mondial mis en place en 1945, au lendemain de la 2ème guerre mondiale, a subi, en 2020, un examen historique qui a démontré ses faiblesses chroniques et structurelles. Le constat de cet échec devrait pousser les Etats à plus de sagesse et à une réforme profonde de l’ONU, et surtout du Conseil de Sécurité (CS), clé de voûte du système onusien et image d’une obsolescence qui comporte en elle-même de grandes menaces pour l’avenir de la planète Terre.


La pandémie actuelle due au Covid-19 est un fléau mondial, sans frontière. Or, dès le début, les réponses des Etats ont été des réponses principalement nationales. La coopération internationale multilatérale dans un domaine aussi vital et prioritaire qui est celui de la santé humaine, a failli. L’OMS, agence de l’ONU, créée en 1948, a brillé par son impuissance. Certes la faible volonté des Etats-membres y a beaucoup contribué. Mais, en réalité, la crise du multilatéralisme peut être observée bien avant la crise sanitaire mondiale actuelle. Cette dernière l’a plutôt accéléré, aggravée, acculant les Etats à un retour au « chacun pour soi », à la fermeture des frontières, pas seulement pour des raisons sanitaires, au protectionnisme.

Lire aussi| Vaccination anti-covid : 5 choses à savoir avant le démarrage effectif de l’opération

Au début, Trump, aux Etats Unis d’Amérique, a essayé coûte que coûte de faire endosser la responsabilité de cette crise mondiale à la Chine, d’où serait parti le virus. Le conflit géopolitique entre ces deux puissances a ainsi été étendu au domaine de la santé humaine. Le CS de l’ONU, dominé par les cinq puissances traditionnelles ayant le droit de véto, a aussi brillé par son absence. Pourtant, en 2014, il avait reconnu que l’épidémie d’Ebola, en Afrique, était une menace pour la sécurité du monde, intégrant ainsi, pour la première fois, la dimension sanitaire dans le concept de sécurité, auparavant perçu et défini dans un sens très étroit. Mieux, pendant la guerre froide, la coopération internationale multilatérale, dans le domaine sanitaire, n’avait guère souffert.

Lire aussi| Le RDV des bonnes affaires : des offres séduisantes à saisir chez Nissan

La pandémie actuelle due au Covid-19 est incontestablement une menace sans frontière qui pèse sur l’espèce humaine. Elle interpelle d’urgence tous les Etats membres à travailler et à agir ensemble, d’abord pour mettre fin à ce fléau qui a déjà provoqué la mort de plus d’un million et demi d’êtres humains, et ensuite pour revoir l’ensemble des mécanismes juridiques mis en place en 1945 pour mieux les adapter à la réalité internationale du 21ème siècle et mieux se préparer collectivement face aux futures menaces dont les réponses, pour être efficaces et efficientes, ne peuvent être que multilatérales.

 
Article précédent

Coronavirus : un premier scanner de dépistage au Maroc

Article suivant

Replay. L'émission "Ach Waqe3" du mardi 29 décembre 2020