Flash-ecoPolitique

5 nouveaux visages au gouvernement

SM le roi Mohammed VI a reçu lundi 22 janvier 2018, au Palais royal à Casablanca, les cinq nouveaux ministres, en présence du Chef du gouvernement, que le souverain a nommés membres du gouvernement conformément aux dispositions de l’article 47 de la Constitution.


Il s’agit de :

Abdelahad Fassi Fihri, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville. Diplômé de l’École supérieure de Commerce de Paris (ESCP), Abdelahad Fassi Fihri est spécialisé dans les questions de management et de réorganisation administrative. Il a exercé une longue carrière de consultant et a mené de nombreuses études en développement des ressources humaines pour le compte de plusieurs administrations et organismes publics. Collaborateur de plusieurs institutions internationales (Banque mondiale et l’Union européenne), sur des sujets portant sur les finances publiques, les services publics locaux et la lutte contre l’analphabétisme, Abdelahad Fassi Fihri a été directeur général d’un bureau d’étude spécialisé en matière de management public. Il a été expert formateur pour le compte de nombreux instituts de formation publics et privés et a assuré le poste de directeur des études et de la coopération à l’Institut supérieur de l’Administration, chargé de former les cadres supérieurs de l’administration. Le nouveau ministre a, par ailleurs, été membre des commissions présidées par le ministère de la modernisation des secteurs publics relatives à la promotion de la formation continue et de redéploiement des fonctionnaires. Abdelahad Fassi Fihri, un des principaux rédacteurs du programme économique et social du PPS, préside actuellement la commission politique du prochain congrès du parti prévu en mai prochain. Il est également membre du comité scientifique près du conseil d’Administration de l’Agence de lutte contre l’analphabétisme.

Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Membre du Mouvement populaire (MP), il est titulaire en 2001 d’un doctorat d’État en Biologie à l’Université Pierre et Marie Curie, Paris 6. Saïd Amzazi a été président de l’Université Mohammed V de Rabat depuis 2015. Il a également été doyen de la Faculté des sciences de Rabat entre 2011 et 2014, vice doyen chargé des affaires académiques et pédagogiques à la même faculté, membre de la commission nationale d’accréditation et de coordination de l’enseignement supérieur (CNACES) et membre du comité préparatoire du Conseil national des langues et de la culture marocaines (CNLCM). Saïd Amzazi a aussi occupé le poste de président de la commission d’évaluation des bourses d’excellence pour le doctorat depuis 2015, président de la commission de sélection pour l’octroi des bourses de mérite par la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’Éducation-Formation depuis 2017, président de la commission pédagogique et de la formation continue de la conférence des présidents d’universités (CPU) depuis 2015. Saïd Amzazi a été en 2016 coordonnateur, lors de la COP 22, du programme de la CPU et coordonnateur du réseau des doyens des facultés de sciences des universités publiques marocaines. Il a occupé également le poste de vice président de Majliss Al Oumanâa de l’Université Mohammed V d’Abu Dhabi (Émirats arabes unis) depuis 2015 et était, entre 2012 et 2014, membre de la haute commission d’équivalence des diplômes étrangers du ministère de l’enseignement supérieur.

Anas Doukkali, ministre de la Santé. Affilié au PPS, il est depuis 2015 directeur général de l’ANAPEC. Il est titulaire d’un doctorat en Chimie-Physique à la faculté des Sciences de Rabat en 2002. Chercheur au Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN) où il prend en charge le Laboratoire d’analyses en environnement entre 2002 et 2005, il a occupé le poste de vice-président de l’Association Mondiale des Services d’Emploi Publics (AMSEP) pour la région Moyen Orient et Pays Arabes. De 2005 à 2007, il a été professeur à la Faculté Polydisciplinaire de Taza et Professeur de Chimie analytique à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat entre 2007 et 2011. Anas Doukkali a occupé, également, des postes de responsabilités locales et nationales étant membre du Conseil de la ville de Rabat en 2003 et membre du Conseil Préfectoral de Rabat depuis 2009. Ayant rejoint très jeune les rangs du Parti du progrès et du socialisme (PPS) où il a été membre du comité central et du Bureau politique, il a été élu député à la Chambre des représentants, et est devenu par la suite membre du conseil régional Rabat-Salé-Zemmour-Zaers. Parallèlement à ses fonctions électives, il a occupé le poste de membre du conseil d’administration du Centre hospitalier Ibn Sina. Sur le volet associatif, il a été président de l’Association Takwia, membre du réseau des Jeunes leaders politiques de l’Institut français ASPEN et membre du réseau des députés soutenant la transition démocratique dans la zone MENA.

Mohcine Jazouli, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, chargé de la Coopération africaine. Il est co-fondateur du cabinet de conseil stratégique Valyans.

Mohamed El Gharass, secrétaire d’État auprès du ministre de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, chargé de la formation professionnelle. Il est membre du conseil national du Mouvement populaire et, depuis novembre 2017, secrétaire général par intérim du ministère de la Jeunesse et des Sports. Membre du conseil national du Mouvement populaire, il a été vice-président de la Libérale internationale. Cadre de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), Mohamed El Gharras a été directeur au ministère de la jeunesse et des Sports, depuis 2014. Après avoir obtenu son Bachelor Degree en Business Administration à l’université Al Akhawayn en 1999, Mil a également décroché un Master en Commerce international et Coopération économique à l’université Kynug Hee en Corée du Sud. Il a occupé plusieurs postes de responsabilité durant son parcours professionnel. Mohamed El Gharass a été notamment responsable de la coopération entre 2004 et 2006 au Groupe CDG, responsable de la communication et du développement à l’université Al Akhawayn entre 2001 et 2002, directeur de la Marina de Bouregreg entre 2008 et 2010 et directeur de l’Institut Bouregreg entre 2010 et 2013. Dans le cadre des différents chantiers et activités qu’il a menés, il a été membre de la Commission de la Jeunesse de la Ligue arabe et membre du conseil d’administration de la Fondation Hassan II pour la promotion des œuvres sociales au profit du personnel du secteur public de la santé, entre autres. Mohamed El Gharras a suivi de nombreuses formations dans les domaines du management, de la gestion et résolution des conflits et dans l’économie du pétrole.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Sanofi annonce l'acquisition de l’américain Bioverativ

Article suivant

Le français Maori cède ses filiales marocaines