Dossier

50 femmes qui comptent : Hakima El Alami, Directrice- Surveillance des Systèmes et Moyens de Paiement & Inclusion Financière à Bank Al-Maghrib

Pour nous, il ne s’agit pas de célébrer la journée de la femme, comme un cadeau annuel fait à la gent féminine. C’est plutôt l’occasion de faire le point sur un combat essentiel, celui de l’émancipation de la moitié de la population et l’évaluation de son apport aux transformations sociales, ce que l’on appelle communément développement et qui ne se résume pas aux quantifications économiques. Pour cela, nous avons choisi de mettre en avant un riche panel, à travers ces portraits représentatifs de cette génération de femmes qui s’assument. Un portrait à découvrir : Hakima El Alami, Directrice- Surveillance des Systèmes et Moyens de Paiement & Inclusion Financière à Bank Al-Maghrib.


Hakima El Alami a intégré Bank Al-Maghrib en 1997, en tant que cadre supérieur en charge des analyses financières, de la notation des entreprises ainsi que de l’évaluation de la qualité des instruments de dettes privées dans le cadre des avances de la Banque Centrale. Depuis, elle n’a cessé de gravir les échelons au sein de la Banque centrale du Royaume. Actuellement Directrice du Département «Surveillance des Systèmes et Moyens de Paiement & Inclusion Financière» (DSSMPIF) en charge de la conduite des stratégies nationales relatives aux systèmes de paiement et à l’inclusion financière, Hakima pilote également la mise en œuvre de la réglementation et du cadre de surveillance relatifs aux infrastructures des marchés financiers et aux moyens de paiement. 

Lire aussi | Votre e-magazine Challenge du vendredi 12 mars 2021

Avant sa nomination en tant que Directeur Adjoint du DSSMPIF en 2016, elle a été responsable pendant 13 ans de la surveillance des moyens de paiement scripturaux et des systèmes de paiement au sein de la Direction des Opérations Monétaires et de Changes. Titulaire d’un DES du Conservatoire National des Arts et Métiers, ainsi que d’un DEA en ingénierie des organisations économiques, modélisation des systèmes complexes, de l’Université Aix-Marseille III, Hakima est également lauréate du Fletcher School Leadership Program for Financial Inclusion (FLPFI) de l’université TUFTS, Boston. Pour elle, «les femmes sont un pilier essentiel des sociétés et jouent de plus en plus un rôle important dans le développement social et économique aussi bien à l’échelle nationale, qu’internationale». «Conscients des barrières à leur autonomisation, nous avons inscrit ce segment en tant qu’une des cibles prioritaires de nos projets sur l’inclusion financière», a-t-elle précisé. 

Lire aussi |50 femmes qui comptent : Malika Dhif, Adjoint au Directeur de la Direction du Trésor et des finances extérieures

Les femmes sont un pilier essentiel des sociétés et jouent de plus en plus un rôle important dans le développement social et économique aussi bien à l’échelle nationale, qu’internationale.

 
Article précédent

Fouzi Lekjaa, premier marocain à siéger au comité exécutif de la FIFA

Article suivant

50 femmes qui comptent : Fatima Zibouh, Entrepreneure sociale (Belgique)