Dossier

50 femmes qui comptent : Layla Lakfifi, Directrice de l’Organisation et de la Transformation Digitale à Bank Al- Maghrib

Pour nous, il ne s’agit pas de célébrer la journée de la femme, comme un cadeau annuel fait à la gent féminine. C’est plutôt l’occasion de faire le point sur un combat essentiel, celui de l’émancipation de la moitié de la population et l’évaluation de son apport aux transformations sociales, ce que l’on appelle communément développement et qui ne se résume pas aux quantifications économiques. Pour cela, nous avons choisi de mettre en avant un riche panel, à travers ces portraits représentatifs de cette génération de femmes qui s’assument. Un portrait à découvrir : Layla Lakfifi, Directrice de l’Organisation et de la Transformation Digitale à Bank Al- Maghrib.


L’une des femmes à occuper un poste de responsabilité aussi élevé au sein de la vénérable et vieille institution Bank Al Maghrib, Layla Lakfifi, y est depuis avril 2019, Directrice de l’Organisation et de la Transformation Digitale. Auparavant, celle qui fête son anniversaire dans quelques jours, a passé ses 17 dernières années à la banque centrale du Royaume du Maroc où elle a chapeauté plusieurs départements (Etudes & développement, Infrastructures & Production, Organisation…) avant d’accéder il y a près de deux ans au poste de Directrice.  Lors de l’une de ses premières sorties médiatiques en tant que Directrice de l’Organisation et de la Transformation Digitale de Bank Al Maghrib, Layla Lakfifi a eu à expliquer les avantages et les risques des crypto-monnaies (les fameuses Blockchain) et elle l’a fait avec brio.

Lire aussi|Zineb El Adaoui, nouvelle présidente de la Cour des comptes

Avant d’intégrer Bank Al Maghrib en 2004, Layla Lakfifi avait auparavant commencé sa carrière à Intelcom, une société d’intégration de réseaux télécoms basée à Rabat qu’elle avait rejointe juste après son diplôme d’ingénieur d’Etat de l’Ecole Mohammadia des Ingénieurs (EMI). Cette native de Khemisset est convaincue que «L’avenir des femmes est entre les mains des femmes. Quelles que soient leurs positions : mamans, enseignantes, chefs d’entreprises, salariées, politiciennes ou représentantes de la société civile, elles ont le pouvoir d’agir, chacune à son niveau, pour que Femmes et Filles, Hommes et Garçons soient entendus, valorisés et appréciés de manière équitable.»

Lire aussi| Mohamed Abdennabaoui nommé Premier président de la Cour de Cassation

L’avenir des femmes est entre les mains des femmes. Quelles que soient leurs positions : mamans, enseignantes, chefs d’entreprises, salariées, politiciennes ou représentantes de la société civile, elles ont le pouvoir d’agir, chacune à son niveau, pour que Femmes et Filles, Hommes et Garçons soient entendus, valorisés et appréciés de manière équitable. 

 
Article précédent

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du mardi 23 mars 2021

Article suivant

Commerce : vers la mise en place d'une plateforme d’incubation et d’accélération des startups