Dossier

50 femmes qui comptent : Najat Saher, Adjointe au Directeur des Entreprises Publiques et de la Privatisation (DEPP)

Pour nous, il ne s’agit pas de célébrer la journée de la femme, comme un cadeau annuel fait à la gent féminine. C’est plutôt l’occasion de faire le point sur un combat essentiel, celui de l’émancipation de la moitié de la population et l’évaluation de son apport aux transformations sociales, ce que l’on appelle communément développement et qui ne se résume pas aux quantifications économiques. Pour cela, nous avons choisi de mettre en avant un riche panel, à travers ces portraits représentatifs de cette génération de femmes qui s’assument. Un portrait à découvrir : Najat Saher, Adjointe au Directeur des Entreprises Publiques et de la Privatisation (DEPP).


En 2005 déjà, Najat Saher faisait partie du Top 100 de Challenge des « femmes qui font bouger le Maroc ». Depuis, elle gravit les échelons. Elle occupe actuellement la fonction d’Adjoint au Directeur chargée de la Coordination des structures de la Privatisation, des Partenariats Public-Privé  et de la Gestion Active du Portefeuille au sein de la Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation relevant du ministère de l’Economie et des Finances et ce, depuis 2015.  Diplômée d’un Doctorat de 3ème Cycle en Economie de Développement, avec mention très honorable de l’Université Mohammed V à Rabat en 1992 et d’un DES en techniques de banque de l’Institut Technique de Banque de Paris en 1991, elle a cumulé plus de 20 ans d’expérience aussi bien dans le montage et le suivi des opérations de transfert de créations, de prises de participations et/ou cessions d’entreprises publiques, que dans l’accompagnement et le pilotage d’opérations de gestion déléguée des services publics et des Partenariats Publics Privés.

Lire aussi | Vaccin anti-Covid : l’administration de la première dose en stand-by dans les centres de vaccination

Elle a conduit de grandes opérations de privatisation telles que Maroc Télécom, Marsa Maroc, COMANAV, Régie des Tabacs, SOMACA, BMCE, SNI, etc.) et continue de coordonner et de suivre l’évolution de ce chantier. Ce membre de la commission nationale des PPP et celle de l’amélioration du climat des affaires au Maroc, a conduit aussi le chantier de mise en place du cadre institutionnel et législatif des PPP et participe à la mise en place du Fonds Mohammed VI et de l’Agence qui sera en charge de la gestion stratégique des participations de l’Etat. Elle exerce également, la fonction d’Administrateur dans plusieurs établissements et entreprises publics. Selon elle, la situation de la femme cadre a connu une évolution positive. «Notre Ministère a été parmi les départements pionniers par rapport à l’évolution des conditions de travail et d’épanouissement de la femme dans le secteur public. Néanmoins, des efforts sont toujours à déployer pour atteindre des taux plus satisfaisants et permettre aux femmes d’accéder aux postes de directeurs, directeurs généraux et secrétaires généraux dans la fonction publique», dit-elle.

Notre Ministère a été parmi les départements pionniers par rapport à l’évolution des conditions de travail et d’épanouissement de la femme dans le secteur public. Néanmoins, des efforts sont toujours à déployer pour atteindre des taux plus satisfaisants et permettre aux femmes d’accéder aux postes de directeurs, directeurs généraux et secrétaires généraux dans la fonction publique.

 
Article précédent

50 femmes qui comptent : Afaf Saaidi, Directrice des industries aéronautiques, ferroviaires, navales et des énergies renouvelables au ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Economie Verte et Numérique

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc : 301 nouveaux cas, 494.659 au total, dimanche 28 mars 2021 à 18 heures