Actualités

8ème édition du Salon du Cheval Arts et métiers équins à ’honneur

Pour cette 8ème édition du Salon du Cheval, les arts et métiers équins sont à l’honneur. Concours artistiques et équestres se côtoieront avec pour pays à l’honneur, le Portugal. par Noréddine El Abbassi


Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime (2ème à gauche) présidant,
le 9 septembre à Casablanca, la présentation de l’édition 2015 du Salon du Cheval.

 

La 8ème édition du Salon du Cheval se tiendra du 12 au 18 octobre à El Jadida. L’évènement, qui fait figure de référence dans le paysage équin international,  aura pour invité d’honneur le Portugal; qui présentera son histoire et sa culture équine. “Cette édition braquera les projecteurs sur le patrimoine équestre du pays et présentera des activités susceptibles d’accentuer l’encadrement des éleveurs et leur sensibilisation aux dernières technologies d’élevage équin,” annonce Dr El Habib Marzak, Commissaire du salon. Dans son allocution à la presse du 9 septembre, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, annonce : “le développement de la filière équine est un axe de la politique du ministère.” Le teint hâlé, le ton assuré, le Ministre de l’Agriculture semble dégager une assurance après deux gouvernements.

Plus qu’un salon, une institution !

Pour le Président du Salon, le Prince Moulay Abdallah, “l’importance et la diversité des métiers liés au cheval et leurs retombées bénéfiques sur le secteur économique ont motivé le choix du thème de cette édition: “le cheval, arts et métiers”. Il traduit le souhait d’offrir aux professionnels du secteur, une plateforme de discussion et d’échanges”.
Ainsi, cette 8ème édition sera riche en nouveautés, puisqu’elle mettra l’accent sur l’art, avec le cheval comme “sujet pour les artistes”. Notamment à travers le “Concours des photographes arabes” et un concours d’art. Autres nouveautés, le Salon proposera un tournoi de poneys et un espace pédagogique et ludique. “Le programme d’animation reste dans la ligne directrice d’un salon professionnel, dans lequel se mêlent judicieusement des activités équestres, ludiques, culturelles, artistiques, sportives et récréatives”, poursuit Moulay Abdallah Alaoui.  Le Salon du cheval est également un lieu d’échange d’expériences et d’apprentissage national et international. Preuve s’il en faut, l’importance prépondérante des conférences scientifiques qui s’y dérouleront. Depuis l’hématologie équine à la fluidothérapie, les professionnels de la filière pourront bénéficier des lumières de scientifiques de renoms, tels que le Pr Hossaini Hilali ou le Dr Gigi Kay, chacun dans sa spécialité. Autre conférence primordiale, dans le domaine de l’économie, cette fois-ci, puisque le Dr Driss Guerraoui présentera la “Future économie du cheval, réalités actuelles et défis futurs”. L’économiste, professeur à l’Université Mohammed V de Rabat, développera une idée déjà défendue lors des précédentes éditions. Celle d’un marché dominé par l’Occident, lorsque la tradition d’élevage arabe a fait la renommée de son pur-sang, et que le “mustang” américain est né au Maroc.
“La finalité est de faire de cet évènement un tremplin, vers une meilleure restructuration de ce secteur d’activités, et une plateforme de rencontres pour l’échange d’expertises visant la promotion de la filière équine”, développe le Dr Marzak. La 8ème édition du Salon du Cheval donne la part belle à la compétition équestre, puisqu’ils s’y tiendront les désormais traditionnelles coupes des éleveurs “arabes”, des chevaux “arabe-barbe” et “barbe”, en plus d’un show international du pur-sang arabe. Le show toujours, mais propre au Royaume, puisque ce sera l’occasion pour une tbourida, dans la plus pure tradition du pays et qui côtoie un concours de sauts d’obstacles. Le cheval est la baraka au Maroc et dans le monde. Même s’il garde ses spécificités locales.

 

 
Article précédent

Le RNI à la tête d'une commune pour la 5eme fois

Article suivant

Un quai roulier dédié à PSA pour commencer