Conjoncture

Croissance mondiale : l’OCDE revoit à la baisse ses prévisions pour 2021

L’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) a revu à la baisse, mardi, ses prévisions de croissance de l’économie mondiale en 2021, qui devrait rebondir de 4,2%, contre 5% prévus avant les reconfinements de l’automne.


L’OCDE a également légèrement corrigé à la hausse son estimation pour 2020, soulignant que le PIB mondial devrait finalement se contracter de 4,2%, contre -4,5% prévus lors de ses précédentes prévisions, en septembre.

L’horizon se dégage grâce au vaccin, mais les perspectives à court terme demeurent « très incertaines », affirme l’Organisation dans ses « Perspectives économiques », préconisant la poursuite du soutien budgétaire et de l’action en faveur de la santé publique pour que « l’espoir d’une reprise devienne réalité ». L’OCDE avait déjà averti, dans ses Perspectives économiques de juin dernier, qu’une deuxième vague en fin d’année pourrait faire dérailler la reprise initiale de l’activité. « Aujourd’hui, ce sont principalement l’Europe et l’Amérique du Nord qui sont touchées par une résurgence du virus freinant le redressement économique », souligne le rapport.

Lire aussi| Relance économique : Benchaâboun appelle l’UE à soutenir le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Ainsi, au dernier trimestre de 2020, le PIB mondial devrait être inférieur de 3 % à son niveau de la même période de 2019, tandis que dans la zone euro et aux États-Unis, le recul devrait être de 7.3 % et 3.2 % respectivement. L’activité restera freinée par les mesures de distanciation sociale et de fermeture partielle des frontières, qui resteront très probablement en vigueur pendant tout le premier semestre de 2021.

L’accélération de l’économie mondiale sera progressive, parallèlement au déploiement de vaccins dans tous les pays de l’OCDE au cours de l’année 2021. Après sa forte baisse de 4.2 % cette année, le PIB mondial devrait augmenter de 4.2 % en 2021, la Chine représentant plus d’un tiers de cette croissance, souligne le rapport. D’après l’OCDE, la reprise sera inégale selon les pays et les secteurs, ce qui pourrait modifier durablement l’économie mondiale. « Les pays dotés de programmes efficaces de dépistage, de traçage et d’isolement, où la vaccination pourra être mise en œuvre rapidement, devraient s’en sortir relativement bien, mais les incertitudes restent fortes », affirme-t-elle.

Lire aussi|Mission française au Maroc : le port du masque désormais obligatoire à partir du CP

« L’espoir est là, il faut maintenant en faire une réalité. La pandémie est un problème planétaire, et la coopération internationale est aujourd’hui plus nécessaire que jamais », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría en présentant les Perspectives économiques avec la Cheffe économiste de l’OCDE Laurence Boone. « Reconstruire en mieux suppose une impulsion politique et une action déterminée pour tirer parti des promesses de déploiement de vaccins, et pour relancer les négociations multilatérales sur les échanges, le climat et les normes numériques afin d’ouvrir la voie à une croissance économique plus durable et à une société qui offrira des chances à chacun», a-t-il ajouté.

Pour sa part, la Cheffe économiste de l’OCDE Laurence Boone a souligné qu’« avec la perspective de l’arrivée d’un vaccin et d’une meilleure gestion de la pandémie, l’horizon de l’économie mondiale s’éclaircit, mais la situation reste précaire, en particulier pour les personnes peu qualifiées et les petites entreprises en difficulté. » « Les gouvernements ont eu raison de prendre des mesures de soutien pour protéger les personnes et les entreprises. Comme les taux d’intérêt devraient rester extrêmement bas, les autorités peuvent, et doivent, poursuivre ces efforts pour éviter que la crise ne laisse des traces durables. Nous allons devoir vivre avec ses conséquences économiques pendant des années. Les gouvernements doivent agir avec détermination pour remédier aux répercussions de cette crise sur les plus vulnérables, notamment les enfants et les jeunes», a-t-elle dit.

Avec MAP

 
Article précédent

L’américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc

Article suivant

Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?