Développement durableSociété

Fondation Grand Ouarzazate : Efficacité et discrétion

Lors de sa création en 2010, la fondation du Grand Ouarzazate s’est fixée des challenges importants et son président, à l’époque directeur du Cabinet Royal, apparaissait comme le garant de la marche vers ces ambitions.


Rochdi Chraibi a été réélu président de la fondation, le 19 octobre, alors qu’il n’est plus en poste. C’est la preuve que ce projet est d’un réel sérieux, qu’il évite la sur-communication, qu’il privilégie les réalisations.

La fondation a réalisé des projets socio-économiques, a impulsé des processus culturels, a réussi à impliquer les opérateurs touristiques et agro-alimentaires dans sa démarche, tout cela sans communication intempestive.

Le point fort de la fondation c’est qu’elle réunit des parcours très divers. Des hommes politiques de toutes les tendances, des intellectuels, des hommes d’affaires, tous émis par l’amour de cette région et l’espoir d’un développement durable, respectueux de la nature, mais aussi de la culture ancestrale des populations.

Désormais, la fondation s’assigne comme rôle de participer à l’élaboration du nouveau modèle de développement, en étant une force de proposition pour la région. Elle en a les moyens humains, mais aussi conceptuels, parce qu’elle s’inscrit depuis sa création, dans un projet de développement qui valorise les potentialités locales, améliore les conditions de vie des populations, mais qui protège les sites naturels.

La reconduction du président Chraibi est un signal fort de la continuité d’une ONG réellement autonome, qui travaille pratiquement dans l’ombre, mais qui a des résultats tangibles, qu’élus de la région et  observateurs saluent.

Sa discrétion médiatique est conforme à la culture des populations. Les gens de Ouarzazate sont très fiables, très travailleurs, très résilients, mais peu loquaces. La fondation du Grand Ouarzazate, présidée par Rochdi Chraibi, ressemble aux gens qu’elle veut servir. C’est finalement une cohérence qui mérite d’être soulignée.

 
Article précédent

Justice et investissement : L’impérative réforme

Article suivant

Donald Trump confirme la mort d'al-Baghdadi