Il fait l'actu

Abdelmoumen Talib détaille le budget de l’AREF de Casablanca-Settat

Le budget de l’Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de Casablanca-Settat au titre de l’année 2020 dépasse 2,42 milliards de DH, a précisé le directeur de l’Académie, Abdelmoumen Talib.


Ce budget comprend 512,35 millions de DH dédiés à l’exploitation, tandis qu’une somme de 724,25 millions de DH est consacrée à l’investissement (439,13 millions de DH des crédits de paiement et 285,12 des crédits d’engagement), a précisé Abdelmoumen Talib qui présentait le plan d’action et le budget 2020 lors d’une conférence de presse tenue suite au Conseil d’administration de l’Académie du 24 décembre.

En outre, a-t-il poursuivi, l’AREF de Casablanca-Settat compte créer et équiper 334 salles dans les établissements de l’enseignement préscolaire avec une enveloppe globale de plus de 80 millions de DH répartie sur l’étude de la création des salles de classe (6,68 millions de DH), la réalisation de ce projet (66,8 millions de DH), l’étude de réhabilitation de 124 salles (620.000 dirhams) et sa mise en application (6,2 millions de DH). Elle entend également construire deux écoles primaires, cinq autres communautaires, quatre lycées collégiaux et qualifiant, outre 450 salles.

Par ailleurs, Abdelmoumen Talib a souligné que l’AREF de Casablanca-Settat s’est fixée plusieurs objectifs dans le cadre du programme d’appui social aux élèves, notamment l’amélioration des services de l’hébergement et de l’alimentation au sein des internats et des cantines, ainsi que l’augmentation du nombre de jours de restauration à 250.

S’agissant des dépenses prévisionnelles, Abdelmoumen Talib a relevé qu’un montant de plus de 123,88 millions de DH est consacré à l’appui social aux élèves en vue de s’approvisionner en matières alimentaires, ainsi qu’en services de restauration, de cuisine, de gaz et d’entretien des internats.

Au volet du développement et de la diversification de l’offre scolaire, l’AREF de Casablanca-Settat devrait atteindre l’objectif de la généralisation du préscolaire en 2025, soit deux ans avant l’échéance fixée à l’échelle nationale.

 
Article précédent

«Luxuria Tower» : la CGI démarre la commercialisation

Article suivant

Carlos Ghosn, ex-patron de Renault-Nissan fuit le Japon pour le Liban