Blog de Jamal Berraoui

A ne rien y comprendre par ( Jamal berraoui )

Je ne suis pas un fan du système de jeu de Fakhir. C’est le même depuis toujours, avec deux milieux défensifs, un relayeur et un joueur libre censé alimenter deux pointes. Mais l’homme a le meilleur palmarès du Maroc. Le Raja l’a viré, alors qu’après avoir réussi le doublé, il a joué la finale et n’est qu’à 3 points du leader. A la limite, cela peut se concevoir. Si le Comité sent que le vestiaire n’a plus l’écoute du coach, par exemple. C’est d’ailleurs pour cela que je n’ai pas réagi à l’annonce de la séparation.


Le président du Raja apporte un nouvel élément. Il reconnaît être en contact avec le tunisien Maâloul depuis deux mois. C’est-à-dire depuis l’entame du championnat. Il n’attendait donc qu’un faux pas de Fakhir !

N’importe quelle entreprise peut se séparer d’un salarié quand elle veut, à condition de payer le dédommagement, ce que le Raja a fait. Mais est-ce une gestion en bon père de famille ?

Je reste convaincu que l’argent du foot les rend fous et nous mènera encore plus bas dans les classements internationaux. Le Raja a acheté 8 joueurs pour un montant global dépassant 15 millions de dirhams. En majorité, six sur huit, n’ont pas porté le maillot une seule fois depuis le début de la saison. C’est le vrai problème entre M’hamed Fakhir et son président. L’entraîneur n’a pas accepté que les transferts se fassent dans son dos.

La Fédération a dépensé 123 milliards pour les résultats que l’on sait. Ce que l’on ne sait pas, c’est comment on va participer à la CHAN dans un mois, sans entraineur, sans concentration, ni matchs amicaux.

Il faut cesser de se bercer d’illusions. Aucune Fédération ne fonctionne convenablement. Le basket-ball et le hand-ball sont en crise ouverte. Les gens du rugby vivotent. Le football et ses milliards sont dans la mouise, une sanction de la FIFA en prime.

Le public s’en prend toujours aux joueurs. Pourtant, il est clair que c’est l’environnement qui est responsable. Les nouveaux dirigeants, soi-disant gestionnaires, n’ont aucune passion à transmettre et pour la plupart, ne connaissent rien au foot ou au sport en général. Sept entraineurs ont été virés avant la fin du tiers du championnat. La moitié des équipes ont connu des grèves de joueurs parce que les salaires ne sont pas versés. Et c’est ce football, là qui aspire à un titre africain ?

 
Article précédent

Ait Melloul accueille le Sifel

Article suivant

Pourquoi Othman Benjelloun choisit cet instrument ?