Dossier

Abattoirs : L’expérience privée tombe à l’eau

 


Les projets d’ouverture d’abattoirs par des opérateurs privés se comptent au compte-gouttes. 
L’initiative est handicapée par plusieurs facteurs. La concurrence des tueries est la première sur la liste.

Abattoir de Meknès Une expérience qui refroidit  les opérateurs

L’expérience de cette première entité d’abattage privée au Maroc, atteste de la difficulté de la restructuration du secteur.

La gestion déléguée Un modèle encore difficile à dupliquer

L’importance des investissements pour la mise à niveau des lieux et la faible rentabilité, sont les principales raisons qui empêchent les investisseurs de se lancer dans ce modèle de gestion. 

Des projets surtout en stand by

Si certains opérateurs préfèrent rester dans un état d’attentisme en attendant le changement du contexte, d’autres ont trouvé la solution. 

Ce dossier sera disponible dans le Challenge #438, en vente dès lundi 04 Octobre chez votre marchand de journaux.

 
Article précédent

Quel renouveau pour la gauche ? ( Par Jamal Berraoui )

Article suivant

Newsletter du 07 Octobre 2013 : Croissance : 4% en 2014