Portrait

Abdelilah Laamarti veut faire de SANAD Assurances un leader sur le marché

Méticuleux, stratège et très pragmatique, Abdelilah Laamarti est aux commandes de SANAD Assurances depuis 2010. Fin connaisseur du marché des assurances, il entend faire de cette compagnie, filiale du groupe Holmarcom, un acteur majeur de son secteur.  


A la tête de SANAD Assurances, filiale du groupe Holmarcom, depuis 2010, Abdelilah Laamarti, ne ménage aucun effort pour faire rayonner l’assureur sur son marché.  Déployant une stratégie bien ficelée à la tête de la compagnie, il  a fait progresser les performances de SANAD d’année en année. Aujourd’hui, la compagnie d’assurance se hisse dans la cour des grands, faisant croître son chiffre d’affaires de 40%en l’espace de 5 ans pour atteindre plus de 2 milliards de DH à fin 2018. Une prouesse dont le Dg est fier. Mais, il précise qu’il n’est pas question que SANAD privilégie un développement rapide au détriment de la rentabilité. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’assureur ne cesse d’investir et d’innover pour étoffer sa gamme de produits. SANAD a ainsi récemment lancé sur le marché une nouvelle offre baptisée Santé Chamil. Il s’agit d’une assurance maladie complémentaire, mise en place en partenariat avec la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), et qui est destinée aux retraités de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) bénéficiant déjà de l’assurance maladie obligatoire (AMO) de la CNSS.

« La nouveauté en ce qui concerne ce nouveau produit, qui vient compléter notre offre en direction de nos différents segments de clientèle, se situe dans le fait qu’il s’agit d’une assurance maladie complémentaire avec guichet unique. En fait, jusqu’à présent, l’assuré qui disposait de deux assurances maladie de base du type AMO et une assurance maladie complémentaire devait déposer deux dossiers, soit auprès de la CNSS et le second auprès de sa compagnie d’assurance, et il recevait donc deux remboursements, avec des erreurs de calculs éventuels. Avec notre produit, l’assuré déposera un dossier unique à la CNSS qui va le traiter directement, calculer son remboursement, et ensuite l’envoyer à SANAD, qui à son tour va faire les calculs nécessaires pour déterminer sa part complémentaire et ensuite rembourser la totalité à l’assuré via un virement bancaire. C’est une grande nouveauté », explique Abdelilah Laamarti. 

Consolider la position de SANAD sur le marché 

Toujours à l’affût des dernières innovations, SANAD dispose aussi de plusieurs produits innovants sur la branche Non-Vie aussi comme «SANAD Auto d’Occaz» pour les propriétaires de véhicules d’occasion. Et la compagnie continuera de multiplier les initiatives pour asseoir sa position en tant qu’assureur généraliste centré sur le client. « Il y a deux ans, nous avons adopté une nouvelle signature qui est plus orientée sur le client. Cette orientation sur le client se traduit aussi par une transformation au niveau de la culture de l’entreprise. Cela concerne aussi bien le personnel de SANAD que le personnel au niveau de notre réseau de distribution. Nous allons aussi poursuivre la digitalisation des process de l’entreprise sur plusieurs plans. Au niveau de la gestion des sinistres, nous offrons déjà la possibilité à nos assurés automobiles de suivre l’évolution de leur dossier. En ce qui concerne les accidents de travail, le dispositif devrait être déployé incessamment. De même, nous avons aussi digitalisé nos process de recouvrement. Nous avons d’ailleurs mis un groupe pilote d’intermédiaires pour tester le nouveau process », détaille le DG.

Lire la suite sur votre magazine Challenge en vente dans tous les points de presse.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Le commissaire européen Phil Hogan veut approfondir les relations UE-Maroc

Article suivant

Coronavirus : Le Maroc renforce ses défenses