AutoInterview

Abdellah El Mouadden, DG d’Africa Motors : « Nos ambitions sont grandes au Maroc et en Afrique »

Africa Motors (Groupe Auto Hall), importateur exclusif dans le Royaume des véhicules siglés DFSK, a signé récemment un nouvel accord de coopération avec son partenaire automobile chinois. Abdellah El Mouadden, directeur général d’Africa Motors, lève un coin du voile sur leurs ambitions respectives futures. 


Challenge : Qu’est-ce qui a motivé le renforcement du partenariat qui lie DFSK à Auto Hall via sa filiale Africa Motors ?    

Abdellah El Mouadden : Le partenariat entre DFSK et le Groupe Auto Hall via sa filiale Africa Motors remonte à 2013. Nous avions signé à cette époque un premier accord de distribution automobile des produits Dongfeng, notamment pour les petits utilitaires légers. Nous avons par la suite introduit d’autres modèles de cette société DFSK qui est une joint-venture entre Dongfeng et Sokon Group, deux géants chinois dans le domaine de l’automobile. À ce jour, nous sommes l’opérateur automobile qui a écoulé le plus grand nombre de véhicules d’origine chinoise dans le Royaume. Conscient de nos potentialités dans le Royaume, notre partenaire DFSK compte étendre ses parts de marché sur le continent africain, voire en Europe. Nous avons donc décidé d’un commun accord, de faire du Royaume une plateforme industrielle pour le montage automobile de certains modèles de la gamme DFSK destinée à l’export.

Sur le plan industriel, comment va s’articuler cette chaîne de montage locale ?

Auto Hall dispose déjà d’une solide expérience dans l’assemblage de véhicules. Nous détenons une plateforme à Ain Sebâa au sein de laquelle nous avons pu assembler à partir de 2008 plus de 5.000 camions dans le Royaume. Nous allons profiter de ces installations pour démarrer notre activité avec l’assemblage de petites camionnettes multi-usages. Les premières unités devraient sortir en janvier prochain.

Allez-vous vous limiter au seul assemblage de petits véhicules utilitaires, ou comptez-vous diversifier votre offre produit ?

Nous devrions attaquer le segment des SUV. Certes, cela nous demandera plus de temps sur le plan industriel et de la logistique, mais le potentiel d’un tel segment demeure très important. Nous poursuivons nos discussions s’agissant de la faisabilité et de la mise en place d’une unité à même de produire 10.000 véhicules. Par ailleurs, je vous donne d’ores et déjà rendez-vous en 2020 à l’occasion du prochain salon de l’automobile au Maroc où nous serons présents avec une gamme inédite de DFSK dans le Royaume. Outre les SUV classiques, nous devrions également dévoiler un véhicule de même type, mais électrique et de très grande technologie.

Toujours est-il que ce partenariat vous permettra à plus ou moins court terme de renforcer, sinon d’accroître vos ambitions commerciales dans le segment des petits utilitaires légers?

Oui absolument !  Je ne vais pas avancer de chiffres, mais je puis vous assurer que dans un avenir proche, DFSK va truster les plus hautes marches du podium dans le segment des véhicules utilitaires légers au Maroc.

Outre la force de frappe dont dispose Auto Hall via son réseau de distribution, prévoyez-vous une stratégie de conquête spécifique, permettant de cibler encore un peu plus le client amateur de véhicules badgés DFSK? 

Nous disposons effectivement d’un réseau très étendu dans le Royaume. Mais nous allons amplifier davantage notre circuit de distribution de la gamme DFSK, via des agents indépendants. Ce qui nous permettra d’avoir une meilleure capillarité du réseau autour des succursales du Groupe Auto Hall et d’assurer une distribution plus élargie des véhicules de la gamme DFSK. Dois-je préciser que ce type de véhicule, en l’occurrence les petites camionnettes, peut être assimilé comme un produit low cost, donc extrêmement compétitif sur le plan tarifaire, faisant preuve de polyvalence et de fiabilité, donc cadrant parfaitement aux besoins de nos clients professionnels.

Africa Motors capitalise sur une gamme de pick-up et autres mini trucks d’une très grande polyvalence.

Justement, comment s’articule à l’heure actuelle la gamme des véhicules DFSK dans le Royaume ?

Actuellement, nous capitalisons sur une gamme de pick-up et autres mini trucks d’une très grande polyvalence, dans la mesure où elle vise de nombreux secteurs d’activités dans le Royaume. L’autre point fort de cette gamme consiste en une déclinaison de carrosserie de nos véhicules adaptée aux besoins des TPE, que ce soit des véhicules adaptés aux marchands ambulants, de véhicules qui disposent d’une benne classique pour le transport de marchandises, en passant par les opérateurs qui veulent opter pour une benne pour le transport de matériaux de construction, de déchets ménagers… En outre, notre grille tourne autour des 80.000 DH, ce qui reste très abordable. Des véhicules homologués qui répondent parfaitement aux normes environnementales européennes et qui permettent d’éviter bien des catastrophes liées notamment à l’insécurité routière, telles que celles causées par exemple par les triporteurs. Par ailleurs, le champ d’activité de notre partenaire automobile chinois ne se limite pas qu’aux seuls véhicules utilitaires, comme je vous l’ai précisé auparavant. Nous capitaliserons prochainement sur une gamme de SUV dont le Glory 580, un modèle compact, qui n’a rien à envier à ses concurrents européens et qui ne devrait pas laisser insensibles les amateurs du genre. Ajoutez-y une gamme de véhicules électriques, en l’occurrence des SUV, qui elle aussi ne manquera pas d’intérêt.

Un partenariat qui a tout lieu de vous ravir

Comme vous le savez, il y a beaucoup d’interrogations sur le secteur automobile, tant à l’échelle mondiale, européenne que nationale. Nous pensons que cette stratégie de développement avec notre partenaire chinois peut répondre au mieux à la demande de notre clientèle marocaine, que ce soit par la qualité et par le prix qui sont adaptés au pouvoir d’achat. Nous comptons avoir une belle réussite avec ces produits.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Meryem El Ouafi, DG de GEMS

Article suivant

Comment bénéficier de la dotation touristique supplémentaire