Business

Informatique: Le marocain accent tient tête aux marques internationales

Face aux géants que sont Hewlett Packard ou Dell, DBM (Data Business & marketing) Maroc, qui vend 50 000 à 70 000 ordinateurs par an, a su se faire une place et un nom sur le marché très concurrentiel de la micro-informatique malgré la crise. Derrière ce succès, une recette ancienne : la diversification.



I
l est 9 h passé. Par cette matinée pluvieuse du mercredi 23 janvier, avec le photographe nous faisons le pied de grue en attendant l’arrivée de Karim Mazouzi, PDG de DBM. Créée en  1996, DBM s’est implantée initialement à Casablanca, avant d’élire domicile en 2005 dans la zone industrielle de Mohammedia où elle dispose maintenant de sa propre
chaîne de montage. Avec une ancienneté  de quinze ans sur le marché, Accent est aujourd’hui une marque reconnue par les consommateurs marocains. D’emblée, lors
du trajet qui nous mène vers le siège de la  société, Karim Mazouzi annonce la couleur. «En temps de crise, mieux vaut diversifier ses produits». Tel pourrait être d’ailleurs le leitmotiv qui est revenu tout au long de la  discussion avec Karim Mazouzi. 

400 machines par jour 

Arrivés au siège de la société, nous sommes de facto mis dans le monde des produits commercialisés par l’entreprise.  Un show-room accueille divers produits qui vont du matériel informatique aux réfrigérateurs Toshiba (marque commercialisée par DBM) en passant par les  motos servant à la distribution des flyers publicitaires. Au milieu du show-room, les ordinateurs Accent occupent l’espace. Importés au départ, ces ordinateurs sont  montés depuis quelques années sur la propre chaîne de montage de DBM. La société a consenti à cet effet un investissement de 3 MDH. A cette manne, il faut  ajouter 17 MDH qui ont été employés pour  créer deux aires de stockage, l’une de 2.500 m2 et l’autre de 3.000 m2. La durée moyenne de séjour d’une marchandise va de  quelques  jours à quatre mois. Après une visite du show-room, nous nous dirigeons vers la chaîne de montage où  s’activent environ dix techniciens. L’ambiance est des plus sérieuses. Avec une  capacité de production de 400 machines par jour, la chaîne produit aussi bien des mini-ordinateurs (10 et 11 pouces) que des PC portables de 13 ou 15 pouces. Autour  de la chaîne de montage, l’effectif varie selon la cadence. « Cela oscille entre 10 et 20 ouvriers. Quand nous avons un rythme de production normal, l’effectif varie entre 10 et  12 personnes », souligne Karim Mazouzi. 

Chaque ouvrier s’occupe de tâches précises. Le travail est minutieux. Une fois monté, chaque PC est soumis à un test dans un espace  dédié en fin de chaîne. Ce dernier comprend la vérification de la bonne marche des différents composants de l’ordinateur, à commencer par le disque dur, et à terminer par les  hauts parleurs en passant par la carte graphique et le reste. Le tout est fait manuellement. «Cela nous permet de filtrer la production. Une fois qu’un défaut est détecté sur une machine,  nous le réparons », indique Karim Mazouzi. La chaîne se charge également de booster les performances d’autres marques. Lors de notre visite, des ordinateurs Dell étaient en  train d’être «dopés» par les techniciens. 

Une tablette qui cartonne

 Au fil de notre visite, nous découvrons que DBM a mis les bouchées doubles ces derniers  temps. Durant les quatre derniers mois, DBM via sa marque Accent n’a cessé de multiplier les lancements. «Nous avons lancé le slim il y a quatre mois. Il pèse 1,5 kg, dispose d’une autonomie  de six heures et est disponible en version 14 pouces. Aujourd’hui, nous le commercialisons à moins de 4.000 DH alors que chez les grandes marques, son prix varie entre 10.000 et  12.000 DH», met en exergue Karim Mazouzi. Accent est aussi la première marque sur le marché à lancer un ordinateur portable de 15 pouces avec un processeur de 2,99  Ghz à moins de 3.000 DH en partenariat avec Marjane vers le 15 février prochain. Autre lancement et non des moindres, DBM a mis sur le marché en décembre  dernier une tablette en version 7 pouces et 10 pouces dont le prix va de 800 à 4000 DH selon les spécifications techniques. « Nous avons été agréablement surpris par  l’engouement suscité par la tablette auprès du consommateur. A titre d’exemple, une commande de 50 tablettes faite par un commerce de proximité a été écoulée en 15 minutes.


Nous n’arrivons pas d’ailleurs  à suivre la demande avec notre offre actuelle », déclare Karim Mazouzi. Après la visite de la chaîne de montage, il nous emmène voir l’unité de stockage  tampon qui permet de répondre rapidement aux commandes des clients. L’espace est bien agencé et tous les rayonnages sont pleins. Karim Mazouzi nous explique qu’en  termes de ventes, DBM a commencé à l’au- 
ne de la crise économique européenne qui a eu des incidences certaines sur l’économie marocaine à diversifier ses produits. Accent,  à proprement parler, est une marque qui se comporte bien sur le marché. Celle-ci est commercialisée à trois niveau: au niveau des grandes surfaces comme Marjane,  Aswak Essalam, Electroplanet etc.; au niveau des revendeurs de quartiers et des commerces de proximité et au niveau des administrations et des entreprises via les appels d’offres auxquels se porte candidate  DBM. «Aujourd’hui, nous réalisons un tiers de nos ventes auprès des grandes surfaces et un tiers au niveau des administrations et des PME. Nous essayons de garder cet équilibre  entre les deux», explique Karim Mazouzi. Mieux encore, DBM cherche aussi à développer des marques pour les tiers. Grâce au développement  des grandes surfaces, certaines entités cherchent à développer leurs propres marques et DBM oeuvre d’ailleurs dans ce sens. «Si une grande surface veut développer  sa propre marque, alors nous la lui fournirons en exclusivité. (…) Il y a une demande exprimée dans ce sens, mais les volumes ne sont pas conséquents pour l’instant et nous ne pouvons  pas fabriquer une petite quantité pour un client», clame Karim Mazouzi.

C’est d’ailleurs dans cet ordre d’idées que DBM a lancé la marque de téléviseurs Iqoni. Au départ, cette  marque était destinée à une enseigne, mais cette dernière n’a pas suivi. Résultat des courses : DBM commercialise aujourd’hui Iqoni pour son propre compte.  De retour au bureau, nous abordons le développement à l’international de   DBM. Cette dernière, a ainsi cherché à prospecter le marché de l’Afrique subsaharienne en participant à trois caravanes  de l’export. «Cela nous a ouvert l’esprit et les yeux sur les opportunités en Afrique et j’espère qu’on va fructifier cette expérience dans le futur », a soutenu Karim Mazouzi.  Aujourd’hui, Accent est commercialisé au Sénégal via un partenaire unique (1500 unités vendues par trimestre). La société s’est même attaquée au marché ivoirien,  mais l’insécurité a mis fin à l’aventure. A l’avenir, DBM compte diversifier davantage ses activités en se lançant dans les télécoms et les luminaires, surtout le LED. Derrière ce choix, une philosophie se  cache. «Même si le marché est assez étroit, la diversification et l’expérience permettent d’orienter à n’importe quel moment la barre et partir sur une autre direction», soutientMazouzi. Bon vent ! ■

 
Article précédent

Filière équine: un secteur à potentiel exportateur

Article suivant

Banque: Qui sont les victimes des mauvais payeurs ?