Commerce extérieur

Accords de libre-échange : les recommandations de la DEPF et de Policy Center for the new south

La Direction des études et des prévisions financières (DEPF) et Policy center for the new south (PCNS) ont récemment dévoilé une étude sur les Accords de libre-échange signés par le Maroc. Les deux institutions appellent à la nécessité d’infléchir ces ALE pour mieux les réorienter.


C’est une étude pleine d’enseignements d’autant plus que le Maroc rejoindra dès le 1er janvier 2021 la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), alors qu’il dispose déjà d’une cinquantaine d’ALE avec d’autres pays. Ses auteurs, notamment la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) et Policy center for the new south (PCNS), appellent à la nécessité d’infléchir les accords de libre-échange (ALE), déjà conclus par le Maroc, dans le sens d’accords de co-développement. Les deux institutions estiment dans cette étude que le contexte mondial étant ce qu’il est présentement, « il est tout à fait illusoire de penser qu’à moyen terme les accords de libre-échange actuels peuvent être dénoncés purement et simplement en exigeant de les remplacer par des accords de co-développement ». Pour la DEPF et le PCNS, il est tout à fait possible de les infléchir dans le sens d’accords de co-développement.

Lire aussi| Vaccination anti-Covid : les 10 facteurs clés qui garantiront la réussite de l’opération selon Dr. Tayeb Hamdi

Cette marge de manœuvre tient au fait qu’un ALE ne doit pas être identifié à un pur ALE, c’est-à-dire un accord qui s’accompagne d’une politique institutionnelle strictement « libérale » en interne, ont-ils soutenu, ajoutant qu’il s’agit, avant tout, d’une politique institutionnelle qui conforte la domination du Monde de production marchand, dans lequel il n’y a pas de politique industrielle se préoccupant de procéder à une qualification technique extérieure au marché en matière de produits, d’emplois et de prêts à l’échelle nationale. Les auteurs de ladite étude, intitulée « Les implications du mode d’insertion du Maroc dans l’économie mondiale sur sa croissance et sur son développement: Passé et avenir », ont également fait remarquer que puisque le co-développement est tout sauf le protectionnisme, cet infléchissement consiste à mettre en relation les importations et les investissements directs étrangers (IDE) en provenance du pays (ou de l’Union de pays) avec lequel l’accord a été conclu par le passé avec le développement visé par le Maroc.

« Que ce pays (ou cette Union) ne le fasse pas, en restant dans la logique de ‘libre-échange’ qui consiste à faciliter les exportations et les IDE des entreprises implantées dans ce pays (ou cette Union), n’est pas une contrepartie nécessaire. Par contre, ce pays est disposé à entendre un tel propos si la condition mise par le Maroc à l’obtention de ce qu’il recherche est celle qui vient d’être énoncée », ont-ils ajouté. Pour les importations, cette condition porte, avant tout, sur la qualité des produits importés, c’est-à-dire leur conformité avec la normalisation interne réalisée. « Concernant les IDE, l’enjeu est de renforcer les exigences déjà fixées concernant la formation du personnel et l’appel à des fournisseurs locaux et, plus généralement, celle que l’implantation ne relève pas uniquement de la sous-industrialisation dépendante », ont souligné les auteurs de l’étude.

Lire aussi| Karim Cheikh : «l’aéronautique au Maroc a fait preuve d’une bonne résilience pendant la pandémie»

« Le Maroc peut viser d’être en avance dans la transition écologique en ce qui concerne la production, en adoptant des normalisations qui prennent en compte ce que la production de tel produit implique comme contenu en eau, émissions de CO2 et consommation de matières premières nouvellement tirées des gisements existants et ce, que son usage comme objet de consommation finale ou comme consommation intermédiaire entraîne sur la santé de l’utilisateur », ont-ils ajouté.
On apprend que cette étude s’appuie sur un exercice de modélisation innovant qui rompt avec les modèles usuellement utilisés et dont les résultats ont mis en exergue le mode d’insertion du Maroc à l’économie mondiale ainsi que les implications qui en découlent sur la trajectoire de développement du pays. Partant d’une analyse comparative de la dynamique économique observée sur les périodes 1982-1998 et 1998-2018, l’étude établit une grille d’analyse conceptuelle, porteuse de conceptions originales de l’industrialisation, de la croissance économique et du développement.

 
Article précédent

Vaccination anti-Covid : les 10 facteurs clés qui garantiront la réussite de l’opération selon Dr. Tayeb Hamdi

Article suivant

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 31 décembre