Médias

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

« Ach Waqe3 » est l’une des émissions phares de MFM Radio traitant  des faits saillants de l’actualité du jour. Elle est décryptée par le journaliste politique et économique Jamal Berraoui.


L’émission de ce jeudi 19 décembre porte sur les thèmes suivants :

-Le nouvel an amazigh ou Yennayer : Omar Balafrej, député de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), a appelé dans une question écrite, le chef du gouvernement Saâd Eddine el Otmani à ce que le 13 janvier, date du nouvel an amazigh, soit décrété jour férié et une fête nationale au Maroc. Une revendication renouvelée chaque année par le mouvement amazigh surtout après la reconnaissance de l’amazigh comme langue officielle par la constitution de 2011. L’analyste de MFM a un ensemble de réserves sur ce point. Il rappelle que le Maroc est une terre amazighe historiquement à l’instar du reste de l’Afrique du Nord. Yennayer ou Hagouza avait une symbolique liée à l’agriculture et au calendrier agraire berbère. Le 13 janvier sera le premier jour de l’an 2969. Berraoui n’est pas contre le fait de décréter un jour férié payé mais se demande par quoi on va le remplacer ? Il rappelle comment Feu le Roi Hassan II avait décrété le 11 janvier jour férié, date à laquelle on a présenté par une élite en 1944 le Manifeste de l’indépendance du Maroc et qui constitue l’acte fondateur du Mouvement de libération nationale. L’analyste estime que Feu Hassan II l’avait décrété pour le tapis des pieds du Parti de l’Istiqlal qui était le seul à célébrer à cette date. L’analyste juge qu’on a trop de jours fériés et chômés. Il soulève un problème politique. Si on accepte qu’il soit férié et pour qu’on s’éloigne de toute thèse ou tentation extrémistes somme toute marginales. Berraoui propose d’annuler le 11 janvier et le remplacer par le 13 janvier, que les revendications du mouvement amazigh s’inscrivent dans la droite ligne de l’identité marocaine et contenues dans la constitution de 2011. 

#آش_واقع500إحالة الرئيس الأمريكي ترامب على المحاكمة.مطلب إقرار "رأس السنة الأمازيغية" عيدا وطنيا يعود إلى الواجهة.مراكش.. انتخاب صلاح الدين شناوي أمينا عاما جديدا للحزب الديموقراطي الوطني.ضبط حوالي 26 مليون درهم بالعملة الصعبة في معبر باب سبتة.رفقة ماء العينين عيناني والخبير السياسي والإقتصادي جمال براوي مباشرة على إم إف إمwww.mfmradio.ma#instagram : radiomfmofficiel#achwa9a3 #mfm #mfmradio #carte_blanche #inanimaelainine

Publiée par RADIO MFM Officiel sur Jeudi 19 décembre 2019

-Réagissant à sa mise en accusation pour abus de pouvoir et obstruction  par la Chambre des représentants du Congrès, dominé par les démocrates, ouvrant la voie à son d’impeachment ou destitution qui relève du Sénat dominé par les Républicains, le président américain Donald Trump a réagi violemment et comme à l’accoutumé par des tweets lors d’un meeting de campagne électorale dans l’Etat du Michigan, dénonçant « la gauche radicale, rongée par « l’envie et la haine et la rage» estimant que ses adversaires ont commis par cet acte un « suicide politique » au moment où il crée des emplois et se bat pour les Etats Unis.

Pour Berraoui, Trump est fidèle à lui-même. Il a twitté ce jeudi en disant qu’il a subi des tortures pires que le Christ. La première Chambre n’est qu’une chambre d’accusation mais le dernier mot revient au Sénat qui devra se prononcer en janvier prochain. A cet égard, l’analyste de MFM rappelle l’affaire de l’ancien président démocrate Bill Clinton qui a échappé en 1998 à l’impeachment dans l’affaire de harcèlement sexuel de sa stagiaire à la Maison Blanche, Monica Lewisky. Il a échappé à la destitution parce que le Sénat était entre les mains des démocrates. Les Etats Unis ne sont pas construits sur la solidarité sociale et c’est le dollar qui prime, comme témoigne comment Donald Trump avait enterré à son arrivée au pouvoir l’« Obamacare », réforme du système de protection sociale, introduite par Obama. Berraoui estime que Donald Trump sera reconduit à la Maison Blanche lors de la prochaine élection présidentielle de 2020. Pour les Américains, il incarne la réussite économique avec la création d’emplois. Berraoui souligne que l’actuel locataire de la Maison Blanche sait comment galvaniser la foule en misant sur l’électorat populaire au détriment de l’élite. Trump a chamboulé l’establishment et les codes politiques américains, conclut Berraoui. 

-Salah Eddine Chennaoui, a été élu à l’unanimité, mercredi 18 décembre à Marrakech, nouveau secrétaire général du Parti démocrate national (PDN) à l’occasion de la tenue de son deuxième congrès ordinaire, en remplacement de Feu Abdellah Kadiri, décédé en septembre dernier à Rabat. Chennoui était candidat unique à briguer le poste. Dans l’ordre du jour, figuraient l’introduction et l’adoption de certains amendements du statut du parti, lecture et approbation des rapports moral et financier et élection de 17 membres du bureau politique.

L’analyste de MFM fait d’abord un flashback historique en rappelant que ce parti est né des entrailles du Rassemblement national indépendant (RNI). Ce dernier a été construit par des cadres de l’Etat et de notables. Un bras de fer a eu lieu entre le fondateur Feu Ahmed Osman et certains notables représentant pratiquement le monde rural. Ils ont quitté avec Abdellah Kadiri pour fonder le PDN. Au début, il s’affichait comme l’avocat du monde rural. Il n’a jamais eu l’occasion d’avoir le portefeuille de l’agriculture pour plaider la cause du monde agricole et mettre en œuvre la vision de son parti. Feu Abdellah Kadiri a eu le poste de ministre du tourisme pour trois mois avant d’être limogé. Il a rejoint le PAM et a été broyé et dépossédé de tout. On verra bien ce que donnera ce nouveau départ.

Carte blanche : Berraoui  la consacre au service public audiovisuel marocain. Il félicite d’abord la campagne de sensibilisation menée par le secteur public contre la violence faite aux femmes et les artistes qui y ont pris part. Il loue la grande qualité des spots diffusés. Quant à aider le service public audiovisuel, Berraoui relève que le cahier de charges le régissant n’est pas clairement défini. En sa qualité de télévision publique, 2M n’a pas à batailler pour le marché publicitaire. On doit l’aider financièrement mais à condition de s’ouvrir sur toutes les sensibilités politiques et sociales dans ces programmes et débats sans exclusion ni exclusive surtout qu’on parle de service public; cela renvoie au citoyen et non pas à l’Etat. Quant à parler du record de l’audimat, il est réalisé grâce à des programmes étrangers achetés et prêts à être diffusés. La vocation du secteur public est de raffiner le goût du téléspectateur. La course à l’audimat et à la manne publicitaire conduit inéluctablement à la médiocrité, médiocrité vérifiée lors des feuilletons ramadanesques, souligne Berraoui. Le débat public doit être quotidien pour former une réelle opinion publique.

 « Ach Waqe3 » est une émission incontournable. Elle est diffusée sur les ondes de MFM Radio du lundi au vendredi à partir de 12h30 et rediffusée les mêmes jours à 19h30.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

L’administration douanière franchit un nouveau pas

Article suivant

El Otmani souligne à Paris l'excellence des relations entre le Maroc et la France