Media

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

« Ach Waqe3 » est l’une des émissions phares de MFM Radio traitant  des faits saillants de l’actualité du jour. Elle est décryptée par le journaliste politique et économique Jamal Berraoui.


Plusieurs thèmes ont été abordés au cours de l’émission de ce mercredi  25 décembre 2019 :

-L’animateur de ce programme, Maa El Aïnine Inani est revenu sur la question de l’imposition des grands exploitants agricoles au Maroc, évoquée hier par l’analyste de MFM Radio, Jamal Berraoui. Ce dernier a rappelé que les grands agriculteurs payaient l’impôt agricole. Ils ont toutefois bénéficié du contexte de l’exonération suite à des années de sécheresse qui ont sinistré ce secteur. Feu le Roi Hassan II avait pris la décision d’exonérer tous les agriculteurs des taxes et impôts pour une durée de 20 ans. C’était une décision compréhensible surtout que la sécheresse a engendré l’exode rural vers la ville. Les grands agriculteurs ont beaucoup perdu en raison des dégâts occasionnés et pour pouvoir se refaire une santé financière, feu Hassan II a estimé qu’il fallait les exonérer pour une durée de 20 ans. Le deadline de ces deux décennies est révolu. L’actuel souverain Mohammed VI n’a pas reconsidéré la décision, souligne Berraoui. Il ajoute que le problème, aujourd’hui, ne relève pas des compétences de la direction des impôts mais plutôt du législateur qui craint de faire face au lobby. L’analyste de MFM Radio va plus loin en affirmant que les grands agriculteurs ne paient aucune taxe ou impôts tout en en profitant des largesses de l’Etat. Bien plus grave, certains s’adonnent à des activités industrielles dans leurs fermes, fraudant l’Etat en échappant aux taxes et impôts et bénéficient en même temps des produits subventionnés. L’Etat doit mettre un terme à ces abus dans le projet de loi des finances de 2020. Cela relève de la citoyenneté.

#آش_واقعالتصدي للأخبار الزائفة يمر بالضرورة عبر تحسيس مستخدمي الإنترنت .وهبي يسائل بوريطة بشأن مغاربة عالقين في سوريا.الملك العام بالدار البيضاء. 40.000 زيارة، و20 ألف محضر ومعالجة 1600 شكوى.أزمة العطش تدفع هيئات إلى الاحتجاج بسيدي إفني.رفقة ماء العينين عيناني والخبير السياسي والإقتصادي جمال براوي مباشرة على إم إف إمwww.mfmradio.ma#instagram : radiomfmofficiel#achwa9a3 #mfm #mfmradio #carte_blanche #inanimaelainine

Publiée par RADIO MFM Officiel sur Mercredi 25 décembre 2019

-Une autre frange concernée par la loi de finances pour l’année budgétaire 2020 et l’exonération des impôts. Il s’agit des avocats. L’Ordre de Casablanca a publié une note relative à l’article 247 et contenant des informations sur les conditions et modalités de pouvoir en bénéficier. A ce titre, les robes noires seront et à titre exceptionnel exonérés de payer les impôts des années précédentes. Ils doivent faire leurs déclarations jusqu’à l’an 2020 et doivent honorer ce qu’ils doivent à la trésorerie en deux tranches égales prévues pour octobre et novembre prochains.

L’analyste de Radio MFM estime que les avocats savent plaider leur cause surtout qu’environ 15% des parlementaires appartiennent à cette profession. Ils ne paient pas la TVA alors qu’ailleurs dans le monde, elle est appliquée. L’Etat fait avec les avocats la même chose que l’année dernière avec les médecins en les appelant à se mettre en conformité avec la direction des impôts. En fait, ce problème concerne pratiquement toutes les professions libérales. C’est une honte que de voir par exemple un avocat qui a un cabinet générant un grand chiffres d’affaires mais qui ne paie que 20.000 dirhams par an alors qu’un simple salarié casque plus que lui ! Il est grand temps que l’Etat s’occupe fiscalement des 16.000 avocats du royaume en leur envoyant des inspecteurs pour passer au peigne fin leurs affaires et se mettre en règle une fois pour toutes. Payer ses impôts est un acte et un devoir citoyens, souligne Jamal Berraoui.

-L’Economiste évoque dans son édition de ce mercredi la lutte contre l’occupation de l’espace public. Faisant le bilan au titre de cette année de la police administrative de Casablanca, et faisant parler les chiffres, le quotidien nous apprend qu’il y a eu 40.000 visites, 20.000 procès-verbaux (PV) et 1.600 réclamations traitées. La guerre de la police administrative contre l’occupation du domaine public ou l’hygiène a donné ses fruits tout en suscitant l’appréhension des patrons de cafés, restaurants et autres. L’analyste estime que cette campagne doit se poursuivre et s’inscrire dans la durée tout en précisant que certains tenanciers occupent légalement des espaces en payant. Il relève néanmoins qu’il faut revoir l’octroi de ces autorisations en tenant compte de la largeur des trottoirs pour ne pas mettre en danger la vie des piétons. L’expérience de Casablanca doit être dupliquée sur le reste du royaume pour mettre un terme à l’anarchie.

-Un conseiller parlementaire du PJD a déclaré au parlement que les relations sexuelles hors mariage sont parmi les causes de la prolifération des enfants de rue dans les villes marocaines. Ils s’adonnent à la drogue et à la mendicité, portant atteinte à l’image du royaume et deviennent un fardeau social. Jamila Moussali, ministre de la Solidarité, du Développement social, de l’Egalité et de la Famille, lui a répondu que cela relève de la justice tout en appelant à la conjugaison des efforts des associations et à une vaste campagne de sensibilisation pour essayer de venir à bout de ce phénomène. Berraoui note que cet élu dit n’importe quoi en rappelant l’existence d’associations qui accueillent les enfants de rue dont 90% viennent de leurs familles. On est en face d’un problème social en raison de la dislocation de la famille, de la violence ou la précarité. Seuls 10% sont nés hors mariage. Que cesse l’instrumentation de ce phénomène et il faut des assistantes sociales pour aider tant soit peu les familles en difficulté et  les associations qui font un grand et noble travail.

Carte Blanche : Jamal  Berraoui  la consacre à l’internet. Aujourd’hui, pratiquement dans le monde entier, le débat tourne autour de l’internet et des réseaux sociaux. Leur avènement est une réalité mais il reste à trouver les moyens d’atténuer les aspects négatifs de leurs usage comme la propagation des discours de la haine ou le massacre en direct commis par un raciste néo-zélandais contre des musulmans. La deuxième anomalie a trait aux Fake News ou fausses nouvelles. Les médias se jettent sur des informations erronées dans la course au scoop et autre au détriment de la déontologie et au b.a-ba du métier qui exigent recoupent et vérification. Le troisième problème est la possibilité qu’a l’espace virtuel pour former et façonner de manière superficielle l’opinion publique. La grande problématique est de savoir comment utiliser de façon positive l’internet.

« Ach Waqe3 » est une émission incontournable .Elle est diffusée sur les ondes de MFM Radio du lundi au jeudi  à partir de 12h30 et le vendredi de 12h à 13H  et rediffusée les mêmes jours à 19h30.

 
Article précédent

Deux questions à S.E.M. LI Li, Ambassadeur de Chine au Maroc

Article suivant

Hausse de 5% des pensions de retraite à partir de janvier 2020