Médias

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

« Ach Waqe3 » est l’une des émissions phares de MFM Radio traitant des faits saillants de l’actualité du jour. Elle est décryptée par le journaliste politique et économique Jamal Berraoui.


Dans l’émission de ce mercredi 5 février, le débat porte sur les sujets suivants :

-Sa Majesté le Roi Mohammed VI accompagné de Son Altesse Royale le Prince Héritier Moulay El Hassan, a présidé, mardi, la cérémonie de lancement du Programme de développement urbain d’Agadir (2020-2024), un projet structurant qui amorce une nouvelle étape dans la promotion du rôle de la ville en tant que pôle économique intégré et locomotive de toute la région. Ce nouveau programme procède d’une approche participative systématique ayant associé les différents acteurs de la ville et qu’il s’articule autour de six principaux axes : réalisation de la première ligne du bus à haut niveau de service de la ville d’Agadir sur un linéaire de 15,5 km, reliant le port d’Agadir au quartier de Tikiouine et aux zones industrielles avoisinantes, et desservant plusieurs quartiers de la ville; renforcement des infrastructures et décongestionnement de la ville ; aménagement urbain de la zone touristique d’Agadir ; le cinquième axe porte sur trois volets ayant trait respectivement à la promotion de la chose religieuse, la protection et la valorisation du patrimoine de la ville, et la promotion culturelle et le sixième axe porte sur le renforcement des équipements sociaux de base et vise le parachèvement de la mise à niveau des quartiers sous-équipés.

Ce programme devra être une référence, lance Jamal Berraoui. Il explique que pendant trois ou quatre mandants, les municipalités étaient gérées par les socialistes dans un temps où les combats politiques étaient durs. Pourtant, les responsables donnaient la priorité aux intérêts de la ville, malgré leurs divergences politiques. Aujourd’hui, on retient de ce programme que pour gérer une ville il faut avoir une vision pluridimensionnelle. Pour les prochaines élections, chaque parti devra apporter un projet intégré sur la ville. A ce moment-là les citoyens vont voter pour des projets et qu’on pourra évaluer par la suite. Je souhaite que dans les dix prochaines années ce programme soit appliqué à toutes les villes. Pour les moyens financiers, il ne s’agit pas du montant du budget mais de ce qu’on va en faire. Si on octroie les 6 milliards de dirhams aux responsables de Casablanca, ils vont être dépensés sans résultat concret. Berraoui considère que ce programme est fort ambitieux pour lequel il félicite les habitants d’Agadir. SM le Roi a présenté une vision importante qui consiste à ce que la région du Souss devienne une plaque tournante pour toutes les régions environnantes. C’est son rôle historique qu’elle doit jouer. Pour ce faire la ville d’Agadir doit devenir attractive et ramener des investisseurs. Ce programme sera accompagné d’un bilan d’étape pour qu’à terme, c’est-à-dire en 2024 on en procède à l’évaluation. Une chose est sûre, il n’y a jamais de bilan à 100%, si on réalise 80% c’est déjà bien et on penche sur les problèmes, procédural ou de responsabilité pour qu’on sache comment mieux aborder d’autres projets à l’avenir.

#آش_واقعخلاصات استماع "لجنة بنموسى" إلى مغاربة "المغرب العميق"مجلس الدار البيضاء يقضي على "سينما موريتانيا"أخنوش يدافع عن أداء المكتب الوطني لسلامة المنتجات الغذائيةجلالة الملك يتراس حفل إطلاق برنامج التنمية الحضرية لأكادير (2020-2024)سنة سجنا نافذا للمديرين العامين السابقين لصندوق الايداع والتدبير والشركة العامة العقاريةرسام الكاريكاتير المغربي عبد الغني الدهدوه يستنكر سرقة أعماله وعرضها للبيع على الأنترنيت#instagram : radiomfmofficiel#achwa9a3 #mfm #mfmradio #carte_blanche #inanimaelainine

Publiée par RADIO MFM Officiel sur Mercredi 5 février 2020

-La Commission spéciale pour le nouveau modèle de développement, présidée par Chakib Benmoussa a organisé un point de presse pour informer les journalistes de sa rencontre avec les citoyens dans les environs de Taroudant et dans d’autres zones reculées. Lors de cette rencontre la Commission a relevé le mécontentement de la condition sociale des habitants qui n’ont plus confiance dans les partis politiques et une grande déception.

Jamal Berraoui cite l’exemple concret de son ami Said Ameskane du Mouvement populaire, qui il y a 25 ans, lors de sa candidature aux élections à Ouarzazate, est parti rencontrer les habitants d’un douar situé à 20 km. Ameskane, poursuit Berraoui, a fait cette distance en voiture en 2 heures tellement la route était difficile. A son arrivée, il a été reçu par un groupe de jeunes qui lui ont dit que ce n’était pas la peine de se présenter dans leur douar puisque de toutes les manières personne ne votera pour personne. Dans les résultats du scrutin, ce douar affichait en effet 0 vote. C’est dire qu’ils avaient perdu espoir dans les partis politiques. Ce genre de régions, comme Bouarfa, Biogra… vivent de gros problèmes de pénurie d’eau, d’absence d’infrastructures de base, etc. Et c’est ce qui fait que des gens perdent le sens du patriotisme. Et sans ces composantes de la société on ne peut pas bâtir un avenir meilleur. Berraoui donne cet exemple pour dire que le constat fait par la commission de Benmoussa est une évidence. Néanmoins, il salue la persévérance de cette équipe qui travaille dans la transparence et de manière bénévole.

-La Chambre des crimes financiers de la Cour d’appel de Fès a condamné, mardi, l’ex-directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), Anas Houir Alami, et l’ex-DG de la Compagnie générale immobilière (CGI), Mohamed Ali Ghannam, à un an de prison ferme et 5.000 Dh d’amende chacun, pour leur implication dans l’affaire du complexe immobilier Madinat Badis d’Al Hoceïma. La même juridiction a acquitté les vingt-cinq autres individus poursuivis pour «dilapidation de biens publics et escroquerie, faux et usage de faux, constitution de bande criminelle». Le procès, ouvert il y a cinq ans, a été rendu suite à deux années d’enquête.

Selon l’analyste de Radio MFM, cette affaire reste mystérieuse. Condamner une personne désignée par le Roi, c’est un peu incompréhensible. Elle a éclaté suite à des plaintes de clients du projet Badis pour des imperfections dans leurs logements, dont des fissures… Si ces gens n’ont pas su maitriser la gestion de ces grands établissements cela peut se comprendre, mais nous avons appris qu’ils sont impliqués dans des détournements de fonds. Les 25 personnes finalement acquittées ont été trainées dans des tribunaux pendant cinq ans alors qu’elles sont innocentes. Le procès était d’abord médiatique. On n’a pas respecté le fait que l’accusé est présumé innocent. Anas Alami et Mohamed Ali Ghannam peuvent encore faire appel. Au final, il s’avère que ce procès concerne un projet qui a été mal mené. Certes les responsables doivent être jugés mais cela n’a rien à faire avec ce qui a été dit en 2015, que ces institutions sont gangrenées par la corruption… Si ces deux responsables sont réellement impliqués dans l’escroquerie, il n’aurait pas écopé seulement d’une année de prison mais plus.

Carte blanche : Jamal Berraoui aborde aujourd’hui le sujet du Sahara marocain à la veille d’une visite à Laâyoune. J’avais réagi ici dans cet espace aux menaces de guerre par le polisario. Moi, je suis convaincu que le polisario ne réussira jamais dans son projet contre le Maroc. Berraoui donne des arguments. Depuis l’accord l’accord de cessez-le-feu, la rasd accumulait les défaites. Le Conseil de l’ONU n’a pas accepté leur proposition d’intégrer les droits de l’Hommes dans les missions de la Minurso, et il n’a pas accepté non plus les allégations d’exploitation des richesses naturelles. Sur le plan international, l’Afrique du Sud ont échoué dans leur opération de confiscation d’un navire de l’OCP. Le coup le plus dur reste celui où il y a quatre ans, le Conseil de l’ONU a décidé d’exclure l’option séparatiste. Il faut noter aussi qu’auparavant 42 pays reconnaissaient la rasd. Aujourd’hui, presque aucun pays ne reconnait cette entité fantoche. Leur menace de prendre les armes contre le Maroc est ridicule. Il n’y a plus aucun pays prêt à soutenir financièrement le polisario dans cette guerre, y compris l’Algérie, qui baigne dans des problèmes économiques et sociaux. Ce qui est plus grave, c’est que la jeunesse du polisario qui est née à Tindouf et peut-être leurs parents aussi n’a aucune perspective. Il n’ont pas le droit de se réfugier en Algérie, ni d’y travailler ni de se déplacer hors camps. Cette entité ne menace pas que le Maroc mais toute la région du Sahel.

« Ach Waqe3 » est une émission incontournable. Elle est diffusée sur les ondes de MFM Radio du lundi au jeudi à partir de 12h30 et le vendredi de 12h à 13h et rediffusée les mêmes jours à 19h30.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

La VEFA dans sa mouture actuelle n’est pas applicable

Article suivant

Coronavirus : le Maroc outillé selon l'OMS