Actualité

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

« Ach Waqe3 » est l’une des émissions phares de MFM Radio qui traite des faits saillants de l’actualité du jour. Elle est décryptée par le journaliste politique et économique Jamal Berraoui.


Dans l’émission de ce mardi 11 février 2020, le débat porte sur les sujets suivants :

-Un point « noir » dans le secteur de la santé : En préambule de cette émission, Jamal Berraoui révèle une affaire odieuse qui a eu lieu dans une clinique privée à Casablanca. Un de ses proches qui devait faire une opération chirurgicale à cœur ouvert. La direction de la clinique lui a demandé 140.000 DH dont il s’est acquitté moyennant une prise en charge. Au moment où il était en bloc opératoire, une personne lui a exigé de payer un supplément de 30 DH sinon l’opération n’aura pas lieu. L’opération a été annulé ce jour-là. Entre temps, le patient a demandé conseil auprès de ses amis, dont Jamal Berraoui, qui lui ont conseillé de dénoncer ce maitre-chanteur. Ce dernier a été pris en flagrant délit de corruption et est actuellement en état d’arrestation. Le patient a choisi de ne pas être passif et a ainsi fait acte de civisme. L’analyste de Radio MFM conseille les citoyens de dénoncer ces pratiques frauduleuses. Il dit que ce sont les corrompus qui doivent avoir peur et non pas les citoyens. Plus de détails seront dévoilés dans les prochaines séances d’Ash Waqe3.

-Le violeur et assassin de Hanane a été condamné à la peine capitale et ses complices ont écopé de 60 ans. Hanane, une jeune fille âgée de 34 ans. Des vidéos filmées par les criminels ont été vus sur les réseaux sociaux -avant qu’elles soient retirées- montraient la cruauté qu’a subie la défunte.

C’est un acte de barbarie, déplore Jamal Berraoui. La peine capitale n’a plus été appliquée depuis 1993. On sait qu’il y a des défenseurs des droits de l’Homme qui militent contre l’exécution de la peine capitale. Mais le débat doit être ouvert : Est-ce qu’on peut faire bénéficier un criminel qui plus est cruel et barbare de droits de l’homme. L’homme a évolué d’un état de barbare qui appliquait la loi de la jungle à un état civilisé où il y a une justice à respecter. On a ici affaire à des barbares. Berraoui est surpris que parmi ces coaccusés dont celui qui filmait cette horreur, aucun n’a eu la sagesse d’en dissuader l’auteur de commettre ce crime abominable ! Admettons qu’il y a un motif de vengeance, est-ce que cela justifie un tel acte ? Ces sentences sont sévères mais au vu du crime commis ces peines sont moins sévères.

#آش_واقعالإعدام لمغتصب وقاتل "حنان بنت الملاح" و60 سنة لشركائهأسواق "بيم" التركية التي لا تبيع المنتوجات المغربية، تتسبب في إغلاق 60 محل تجاري في كل حي مغربيمسؤول بوزارة الصحة يؤكد أن جميع المواطنين المغاربة العائدين من مدينة ووهان يتمتعون بصحة جيدةاندلاع حريق بسوق عشوائي للخضر بفاسإقدام طفل قاصر على تعريض خمسة تلاميذ قاصرين للضرب والجرح بواسطة السلاح الأبيض ببرشيد#instagram : radiomfmofficiel#achwa9a3 #mfm #mfmradio #carte_blanche #inanimaelainine

Publiée par RADIO MFM Officiel sur Mardi 11 février 2020

-Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy a annoncé que la Turquie a accepté, dernièrement, de revoir l’accord de libre-échange avec le Maroc, pour qu’il soit mutuellement bénéfique. Le ministre a relevé que les relations commerciales ont enregistré un déficit de 18 MMDH, notant que le volume des investissements turcs au Maroc ne dépasse pas 1%. Elalamy a souligné que le différend entre le Maroc et la Turquie est « commercial » et centré principalement sur le textile, rappelant à cet égard que le nombre d’emplois perdus par le Maroc dans ce secteur s’élevait à 19.000 en 2014, 24.000 en 2015, 35.000 en 2016 et 44.000 en 2017. Le ministre a affirmé que le Maroc a fait part à la Turquie de ces préjudices, tout en réclamant une solution qui ne porte pas atteinte aux intérêts du Royaume, faute de quoi l’accord sera « résolu unilatéralement ».

Le Maroc est désormais en confrontation avec la Turquie ; on est passé à l’offensive. On doit dans ce sens demander à la Turquie que ces produits de prêt-à-porter exonérés de droits de douane qui sont exportés vers le Maroc soient fabriqués au moins à 70% en Turquie. Or la réalité est qu’ils sont fabriqués à 70% au Bangladesh. Pour ce qui de l’affaire BIM, lui imposer de vendre des produits marocains c’est comme si on lui disait de partir. Car son business plan est fondé sur les marges de bénéfice des produits turcs. On est donc passés à l’offensive en matière de renégociation des accords de libre-échange, on verra où cela va nous emmener. Le wali de Bank Al-Maghrib Abdellatfi Jouahri avait dit à ce sujet que le Maroc est perdant dans tous ses accords de libre-échange. « On est le dindon de la farce », selon l’expression de Jouahri. Un déficit de 18 MMDH c’est en effet une catastrophe commerciale, déplore Berraoui.

-Le joueur du Raja de Casablanca Mohcine Moutouali a échappé hier une mort certaine. Les écrous d’un pneu de sa voiture ayant été desserrés, il a failli faire un accident mortel. On soupçonne que quelqu’un aurait attenté à la vie de la star du football national.

Jamal Berraoui pense que s’il s’agit d’un accident cela peut arriver à tout le monde, on n’y peut rien face au destin. Mais dans le cas de Moutouli, il y a un indice qu’il renvoie vers la probabilité d’un acte criminel. Si c’est le cas c’est malheureux. Je ne vois pas ce qui justifie un tel acte contre un joueur. C’est inadmissible. Le football est un jeu de fair-play et d’esprit sportif. Celui qui a commis cet acte doit être arrêté et puni. Mohcine est un homme honnête avant qu’il soit un bon joueur. Après avoir joué à l’étranger, il est revenu directement au bercail c’est-à-dire son club qui est le Raja de Casablanca sans négociation avec d’autres clubs comme le font d’autres joueurs.

Carte blanche : Jamal Berraoui revient sur l’impact économique du coronavirus. Il rappelle qu’il avait évoqué la possibilité d’une baisse des prix du pétrole, la Chine en étant un gros consommateur indiquant que les Etats Unis sont certes également de gros consommateurs de pétrole mais ils en ont ; ils consomment leur propre produit. La Chine, elle, n’en a pas. Hier, le prix du pétrole a enregistré une baisse à 52 dollars le baril et cela à cause du coronavirus, puisque l’économie chinoise tourne actuellement au ralenti. Et comme le malheur des uns fait le bonheur des autres, la baisse du prix du pétrole doit être une bonne nouvelle pour le gouvernement El Otmani. Etant consommateur, le Maroc en bénéficie dans son budget, entre autres, la sortie de devise est réduite. Et globalement, cette baisse aura un impact sur l’économie mondiale y compris européenne. De nombreuses sociétés ayant des affaires avec la Chines seront impactées. Cette tendance au repli des économies mondiales devra nous pousser à anticiper les choses et ne pas attendre d’être touché.

« Ach Waqe3 » est une émission incontournable. Elle est diffusée sur les ondes de MFM Radio du lundi au jeudi de 12h30 à 13h30 et le vendredi de 12h à 13H et rediffusée les mêmes jours à 19h30.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

DPI en passe de réaliser un sixième investissement au Maroc

Article suivant

Challenge #730